Assurance / Mutuelle

Votre assurance habitation couvre les inondations ? Voici comment savoir

Votre assurance habitation couvre les inondations  Voici comment savoir

À cause du changement climatique qui s’intensifie, de nombreuses zones sont régulièrement victimes d’inondations. La plupart des propriétaires se retrouvent avec un logement souvent invivable et des objets détériorés face à la montée de l’eau. Dans ce genre de situation, est-ce que l’assurance s’occupe de l’indemnisation des sinistrés ?

Dédommagement, dans quel cas peut-on en bénéficier ?

Les contrats d’habitation incluent la garantie de catastrophe naturelle qui affecte également les inondations. Afin de recevoir une compensation provenant de l’assurance, il faut donc respecter quelques conditions :

  • Il faut avoir souscrit avec une clause « catastrophe naturelle » dans le contrat.
  • L’indemnisation doit faire l’objet d’un arrêté d’état de catastrophe naturelle dans le Journal officiel.

Cela dit, l’établissement ne procède au versement de la compensation que lorsque les dégâts sont reconnus comme provenant d’une catastrophe naturelle par des déclarations publiques.

La procédure d’indemnisation suite à une inondation

Lorsque les conditions sont remplies, les victimes peuvent bénéficier d’un dédommagement. Ainsi, ils disposent de 10 j à partir du jour où le sinistre s’est produit pour effectuer la déclaration d’inondation auprès de leur assurance.

➡️ À lire aussi :   Quelles garanties choisir avec une mutuelle santé senior ?

Il y a une possibilité d’étendre ces délais lorsqu’il s’agit d’une catastrophe à grande ampleur. Il est primordial de fournir un dossier complet pour bénéficier d’une compensation qui correspond à l’intensité des dégâts. Celui-ci doit contenir des photos , la liste des objets endommagés avec leur valeur, les factures des biens détruits, etc.

Il faut préciser que l’indemnisation touche essentiellement les frais relatifs à l’assurance habitation. C’est-à-dire que les éléments en dehors du logement ne sont pas concernés, ceci affecte par exemple les abris de jardin, les voitures, etc.

Les compagnies ont l’obligation de verser le dédommagement dans un délai de 2 mois suivant la déclaration. Au cas où la maison est devenu inhabitable suite à l’inondation, c’est la clause « frais de relogement » qui peut être utilisée pour couvrir les coûts liés au relogement jusqu’au versement de l’indemnisation complet.

Les assurances peuvent refuser la compensation, dans quels cas ?

Rappelons que la garantie « dégât d’eau » mentionnée dans le contrat d’habitation n’affecte pas les dommages survenus après une inondation. Celle-ci ne couvre pas non plus la prise en charge des dégâts causés par des problèmes d’infiltration des fenêtres et des façades ou encore les débordements des égouts. En général, cette garantie n’est valable que dans les situations suivantes :

  • Rupture des canalisations.
  • Infiltrations par la toiture.
  • Frais pour localiser et réparer ces dégâts.
➡️ À lire aussi :   Assurance-vie après 70 ans : simplifiez la transmission avec des règles fiscales avantageuses

Certaines assurances peuvent même refuser l’indemnisation des biens détériorés dans une cave et ceux qui sont disposés à moins de 10 cm du plancher. Afin d’éviter les mauvaises surprises en cas de sinistre, il est donc essentiel de prendre son temps pour lire attentivement le contrat d’assurance habitation choisi. Aussi, il s’avère important de se pencher davantage sur les conditions d’indemnisation des dégâts des eaux.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.