Retraite

Retraites : Découvrez combien vous pourriez gagner avec la fin du malus Agirc-Arrco – Certains retraités devront attendre !

Dans le monde complexe des pensions de retraite, une ombre plane sur certains retraités. Malgré les réformes et les promesses d’amélioration, ils se retrouvent toujours confrontés à un malus persistant de l’Agirc-Arrco. Qui sont ces retraités ? Pourquoi sont-ils toujours pénalisés ? Et surtout, y a-t-il une issue à cette situation délicate ? Dans cet article, nous allons lever le voile sur ce sujet et tenter de répondre à toutes ces questions.

Comprendre le malus de l’Agirc-Arrco

Le malus de l’Agirc-Arrco est un système mis en place en 2019 pour encourager les salariés à retarder leur départ à la retraite. Il s’agit d’une pénalité financière qui réduit de 10% la pension de retraite des salariés partant plus tôt, et ce, pendant trois ans avant leurs 67 ans.

Parallèlement, un bonus est accordé aux personnes qui repoussent leur départ de deux ans ou plus, augmentant leur pension jusqu’à 30%. Cependant, ce système de bonus-malus est sur le point d’être supprimé suite à un accord entre les organisations syndicales et patronales.

La suppression décalée du malus pour certains retraités

La fin du malus de l’Agirc-Arrco est prévue pour le 1er décembre 2023, mais uniquement pour les assurés qui prendront leur retraite à partir de cette date. Pour ceux déjà affectés par ce malus, ils devront patienter jusqu’au 1er avril 2024 pour voir disparaître cette pénalité financière.

➡️ À lire aussi :   Réforme des retraites : voici le calendrier des changements prévus

Cette mise en œuvre différée s’explique par la nécessité d’ajuster les systèmes de calcul des pensions et de respecter les engagements pris envers les retraités actuels. Ainsi, tous ne bénéficieront pas immédiatement de la suppression du malus, une situation qui suscite des interrogations.

Impact financier de la suppression du malus sur les pensions Agirc-Arrco

La fin du malus devrait se traduire par une augmentation significative des pensions pour de nombreux retraités. Par exemple, un assuré percevant 1 400 € de retraite par mois pourrait voir son revenu augmenter de 42 € par mois, soit un gain de 1 512 € sur trois ans. Pour un retraité touchant 2 800 € par mois dont 1 400 € de retraite complémentaire, l’augmentation mensuelle serait de 140 €, soit 5 000 € supplémentaires sur trois ans. Enfin, pour un assuré touchant 4 800 € par mois, le gain mensuel s’élèverait à 336 €, soit plus de 12 000 € sur trois ans.

À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Julien
Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.

Voir tous ses articles