Famille et Société

Remariage et héritage : Comment cela influence votre conjoint, vos enfants et vos ressources financières ?

Remariage et héritage Comment cela influence votre conjoint, vos enfants et vos ressources financières 

Le remariage est un phénomène courant, mais qui peut avoir des conséquences importantes sur l’ancien compagnon et les enfants. Dans cet article, nous allons donc essayer de comprendre les effets de cette nouvelle union sur plusieurs points.

Les règlementations liées à la séparation

Les principes régissant les patrimoines des époux sont établis dans le contrat de mariage. Il en est de même pour la séparation ou la disparition d’un des conjoints. Les deux parties sont libres de décider concernant la constitution de biens communs. Ainsi, il existe plusieurs cas de figure qui peuvent se produire.

Lorsqu’il n’y a pas de contrat de mariage, c’est le régime de la communauté réduite aux acquêts qui est applicable dans ce cas. Cela signifie que l’ensemble des patrimoines accumulés tout au long de l’union appartiennent aux époux, ce sont donc des biens communs.

Le principe est aussi le même pour les différentes ressources perçues comme les salaires, les indemnisations diverses, les pensions, etc. Par contre, chacun reste propriétaire de ce qu’il a acquis avant le mariage et ceux qui ont été obtenus suite à une donation par exemple.

En cas de divorce, les biens en commun seront partagés. Lors du décès de l’un des compagnons, la succession comprendra les biens propres du défunt ainsi que la moitié de ce qui est possédé par les deux époux.

➡️ À lire aussi :   Combien faut-il débourser pour une crémation ? découvrez les tarifs détaillés

Qu’en est-il du régime de séparation de bien ?

Ici, chacun des conjoints bénéficie à part entière des patrimoines acquis avant et durant le mariage. La séparation est bien définie afin de prévenir les conflits entre les enfants. Quoi qu’il en soit, les époux peuvent aussi adopter d’autres mesures visant à offrir une meilleure protection au survivant en établissant un testament par exemple.

En revanche, il faut savoir que ce régime tend à défavoriser le conjoint avec des patrimoines moins conséquents. En effet, les biens acquis par l’époux plus riche ne sont pas partagés à moitié avec l’autre conjoint moins aisé. Ces patrimoines feront donc partie de la succession, c’est-à-dire qu’ils seront distribués aux héritiers.

Remariage, les mesures de protection du conjoint

Les époux peuvent justement prendre des mesures visant à protéger le compagnon en vie suite à un décès de l’un d’entre eux. Celui-ci bénéficiera plus que ce qui est indiqué par la législation actuelle.

La première solution, c’est l’établissement d’un testament afin de céder un bien au survivant. Sinon, il est aussi possible d’effectuer une donation. Par conséquent, le survivant reçoit l’usufruit de l’ensemble de la succession même si le défunt a eu des enfants lors d’un premier mariage.

Remariage, les droits des enfants et du conjoint

Les enfants nés de la première union sont considérés comme des héritiers réservataires, c’est-à-dire qu’ils peuvent obligatoirement toucher une part des patrimoines du défunt. Pour un seul descendant, celle-ci représente la moitié, contre 2/3 pour 2 enfants et ¾ à partir de 3 enfants et plus.

➡️ À lire aussi :   Héritage : Découvrez comment bénéficier d'une avance légalement

Dans le même temps, le nouveau conjoint a également droit à la succession en touchant une partie du bien.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.