Retraite

Rachat de trimestre pour la retraite, voici combien ça coûte avant qu’il ne soit trop tard

Rachat de trimestre pour la retraite, voici combien ça coûte avant qu’il ne soit trop tard

Afin de bénéficier d’une retraite à taux plein, tous les salariés en fin de carrière doivent compléter un nombre de trimestres. Si c’est la règle générale, il existe aussi une exception, il s’agit de la possibilité de racheter ces derniers, ce qui permet alors de bénéficier de l’ensemble des droits pour les personnes qui partent tôt à la retraite.

Comprendre le rachat de trimestre et ses options

Pour percevoir une meilleure pension, les travailleurs qui sont encore en activité peuvent procéder au paiement du trimestre. Pour les années d’études supérieures et de carrière incomplète, il sera possible d’en racheter 12, soit l’équivalent de 3 années.

L’objectif principal de cette démarche, c’est de répondre aux conditions pour bénéficier d’une retraite à taux plein et d’échapper ainsi à une décote. Toutefois, ce processus peut se présenter différemment face à sa complexité.

Les salariés peuvent donc choisir parmi deux options, d’abord il y a le rachat dans le but de diminuer l’abattement. Celle-ci est recommandée aux travailleurs dans le secteur privé qui partent à taux plein. Le calcul de leur retraite est basé sur les 50 % de leur rémunération annuelle moyenne.

Dans le cas contraire, s’il manque un ou deux trimestres, le calcul prendra respectivement en compte 49 375 et 48 750 %, etc.

➡️ À lire aussi :   Pourquoi il est crucial pour les retraités Agirc-Arrco de vérifier leur espace personnel maintenant

Afin d’améliorer davantage le montant de leur pension, les salariés peuvent aussi effectuer cette opération pour diminuer la décote et le nombre de trimestres qui sont considérés lors du calcul de la retraite. Dans cette seconde solution, le coût de rachat est plus important, toutefois la hausse de la pension est plus conséquente pour la première option.

Le coût du rachat de trimestre pour la retraite

Le tarif de cette opération varie selon de nombreux facteurs, notamment l’âge, le revenu et le régime de retraite. Prenons l’exemple d’un travailleur de 61 ans. Celui-ci doit prévoir entre 3 300 à 4 400 euros de dépense/trimestre acquis.

Pour ce même profil, il sera nécessaire de débourser par trimestre entre 3 329 euros quand son salaire par an est en dessous de 75 % de la limite, soit 32 944 euros pour cette année. Toutefois, le prix du rachat s’élève à 4 439 euros lorsque le revenu annuel dépasse le plafond imposé.

Pour les travailleurs qui ont besoin de payer plus d’un trimestre, ils peuvent bénéficier d’un étalement de l’acquittement, soit 1 ou 3 ans pour les 8 premiers, puis 1, 3 ou 5 ans pour les 9 à 12 trimestres. Évidemment, il faudra veiller à ce que la totalité de la somme soit versée avant le départ.

➡️ À lire aussi :   Retraite : pourquoi les mères de famille sont pénalisées d’après l’UFC-Que Choisir ?

Qu’en est-il de la rentabilité de cette opération ?

Quand le montant de la retraite complémentaire est élevé, la rentabilité de cette opération est plus conséquente. En effet, ce dispositif est établi afin que les salariés récupèrent leur mise lorsqu’ils atteignent une espérance de vie.

Ainsi, celui-ci est beaucoup plus attractif dès lors que la complémentaire représente une part importante de la pension. Les trimestres rachetés permettent justement d’avoir une retraite à taux plein dans le régime de base qui viendra booster le complémentaire.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.