Plus d'illusion pour le crowdfunding immobilier un secteur en souffrance

Plus d’illusion pour le crowdfunding immobilier : un secteur en souffrance

Il fut un temps où le crowdfunding immobilier figurait parmi les placements les plus plébiscités des épargnants. Mais la crise actuelle l’expose à une perte de capital importante. Le secteur est en souffrance. Explications et détails dans cet article.

Le retard des remboursements explose

Il convient d’abord de rappeler que le crowdfunding immobilier consiste à réaliser une subvention participative pour l’acquisition ou la construction d’un bien immobilier par le biais d’une plateforme en ligne. Le promoteur garantit le remboursement du capital de l’investisseur une fois tout le lot vendu.

Ce placement a longtemps séduit les épargnants puisqu’il offre des rendements élevés allant de 2 à 10%, et ce sur une durée de 12 à 24 mois. Sauf que depuis la crise immobilière, le crowdfunding immobilier en souffre.

Vers le mois d’octobre, la chute de versements a monté en flèche. Cette baisse risque de se poursuivre encore pour cette année. La raison ? Il n’y a quasiment pas ou très peu d’acheteurs immobiliers.

Malheureusement, les affaires ont du mal à décoller depuis plusieurs mois. Par conséquent, le retard de paiement s’éternise. Une telle situation suscite la préoccupation des investisseurs qui redoutent une perte de leur capital à long terme.

Souscriptions sur les plateformes en baisse

Chaque investisseur vit son expérience différemment en fonction de la situation qui se présente. Un épargnant n’ayant vendu que 1 lot sur 5 peut être plus inquiet qu’un autre qui attend la dernière vente d’une grosse opération.

➡️ À lire aussi :   Découvrez pourquoi le rendement des SCPI s'envole en 2024 après une année difficile

En revanche, il est important de souligner que certains programmes ont rencontré une difficulté. Pour preuve, en 2023, environ 120 promoteurs ont fait l’objet d’un redressement judiciaire.

D’autres garanties, bien qu’elles n’assurent pas une protection absolue, ont été prises afin de minimiser les risques pour les investisseurs. Mais pas que !

Notez également que le nombre de souscriptions sur les plateformes de crowdfunding immobilier a enregistré une baisse significative en passant de 1,3 milliard d’euros en 2022 à 900.000 euros.

 

Rendements concurrencés par d’autres placements

Le rendement qui était l’un des principaux atouts du crowdfunding immobilier n’en est plus un finalement. En effet, avec le temps, plusieurs placements ont vu le jour et ont connu une hausse de rentabilité non négligeable.

Le CAC 40, par exemple, jouit de 17% de rendement contre 4% pour les comptes à terme garantis. Les plateformes ne sont plus aussi étoffées qu’avant.

Étant donné que la santé des marchands de biens dégringole, le nombre des projets publiés en ligne a baissé largement. Cela s’expliquerait par le fait que les opérateurs privilégient désormais les dossiers de bonne qualité.

Sur 4 dossiers, par exemple, 3 ont été refusés. La crise immobilière risquerait de continuer pendant plusieurs mois. Les investisseurs pourraient alors cumuler une perte autour de 3%.

➡️ À lire aussi :   Immobilier : vers une flambée des frais d’agence pour les locataires ?
À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Julien
Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.

Voir tous ses articles