Actualités des séniors

Pacte de vie au travail : ce qui changera réellement pour l’emploi sénior

Pacte de vie au travail ce qui changera réellement pour l’emploi sénior

La question de l’emploi des séniors a été évoquée lors de la discussion entre les organisations syndicales et patronales. Après une première phase dédiée à la méthode et aux auditions de diagnostic, cette seconde séance portera sur les mesures destinées à garder les salariés plus longtemps à leur poste.

Une négociation décisive pour les séniors

Le nouveau pacte vise à faire travailler plus longtemps, mais mieux les séniors. Dans le cadre de la discussion entre les partenaires sociaux le 3 février 2024, ils s’étaient fixé l’objectif de trouver un accord jusqu’à la fin du mois de mars 2024. À l’issue de ces négociations, les séniors resteront plus longtemps à leur poste, pourtant l’âge légal de départ à la retraite est passé de 62 à 64 ans. Ce n’est pas tout, car l’indemnisation des personnes âgées à la recherche d’emploi sera également abordée lors de ces pourparlers.

À la fin du mois de décembre 2023, les organisations patronales et syndicales se sont déjà réunies au siège Medel lors d’une phase d’audition. En revanche, cette nouvelle discussion vise à tout revoir dans les moindres détails. Ainsi, il y aura plusieurs points qui devront être étudiés à savoir:

  • Emploi des séniors.
  • Usure.
  • Parcours et reconversions professionnels.
  • Création d’un compte épargne temps universel.
➡️ À lire aussi :   Révision de l’indemnisation du chômage des travailleurs séniors en question : ce qui pourrait être modifié

Emploi des séniors, l’optimisme du gouvernement

Cette négociation liée au pacte de vie au travail est certainement la plus importante depuis une dizaine d’années. Celle-ci devrait apporter des solutions concrètes face au défi de l’emploi pour les séniors, étant donné que l’âge de départ à la retraite a été repoussé. De plus, on constate une pénurie d’emploi chez cette catégorie de travailleurs. Le taux d’emploi chute en moyenne à partir de 55 ans en France.

Selon l’Insee, près de 16 % des 55 à 59 ans ne sont ni des salariés ni des retraités. Cette situation est souvent causée par des handicaps ou des raisons de santé.

En tenant compte de ces statistiques, le gouvernement se fixe l’objectif d’augmenter le taux d’emploi des séniors de 60 à 64 ans à 65 % jusqu’en 2030. Pour ce faire, il sollicite les partenaires sociaux à aborder à quelques solutions essentielles, notamment :

  • Renforcement de la négociation collective concernant la gestion des âges.
  • Les transitions emploi-retraite.
  • L’aménagement des fins de carrière.
  • La lutte contre les discriminations relatives à l’âge.

Le CETU, une discussion sensible

Le compte épargne temps universel ou CETU doit aussi être débattu par les partenaires sociaux, des discussions qui s’annoncent houleuses. En effet, ces derniers devront aborder une question particulièrement sensible qui est l’avancée pour les travailleurs. Pourtant, ce dispositif est un vrai casse-tête pour les organisations sociales et patronales.

➡️ À lire aussi :   Fonction publique : l'âge moyen des fonctionnaires est-il si étonnant ?

Rappelons justement que le CET actuel permet aux travailleurs de mettre de côté les jours de repos afin de les récupérer plus tard, soit en congé soit en rémunération. Tandis qu’avec le CETU, les salariés peuvent conserver ce stock durant leur carrière. Toutefois, l’adoption de cette mesure suscite certaines questions relatives à la façon de gérer ces nouveaux droits tout comme leur coût ainsi que son application sur le plan universel.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.