Les retraités vivent-ils sur le dos des plus jeunes  C’est ce que révèlent ces chiffres

Les retraités vivent-ils sur le dos des plus jeunes ? C’est ce que révèlent ces chiffres

Contrairement à de nombreux autres pays, le système de retraite français se base sur le processus de solidarité intergénérationnelle. Face à ce principe, les cotisations versées par les travailleurs sont utilisées pour le financement de la pension. On vous explique les détails !

Les salariés garantissent le paiement de la pension

Chaque mois, il y a des cotisations qui sont ponctionnées sur les salaires des travailleurs. Cet argent est destiné à alimenter les Caisses de retraite. Cela signifie tout simplement que les jeunes assurent le paiement de la pension des séniors. D’après les statistiques publiées par l’Insee, la pension constitue près de 70 % des ressources annuelles disponibles des plus de 60 ans. Quant aux rémunérations issues des activités professionnelles, elle représente jusqu’à 86 % des revenus des actifs âgés de moins de 30 ans.

Une grande disparité est également constatée au niveau des rétributions provenant des patrimoines des Français. Justement, ils constituent seulement 7 % du revenu annuel des moins de 30 ans, pourtant ils atteignent 30 % pour les 70 ans et plus. Cet écart important semble cohérent quand on tient compte de l’âge du bénéficiaire. En effet, le salaire augmente au fil des années. Par conséquent, les profils plus âgés peuvent se permettre d’épargner une partie de la somme. Lorsqu’ils choisissent des investissements offrant un bon niveau de rentabilité, ils peuvent percevoir de meilleurs rendements au moment du départ à la retraite.

➡️ À lire aussi :   Pourquoi le versement des retraites sera-t-il décalé en juin ? Est-ce exceptionnel ?

Comprendre les capacités d’épargne des Français

Afin d’évaluer les dispositions des ménages à épargner, l’estimation de l’Insee tient compte de plusieurs éléments. Tout d’abord, il y a le revenu annuel brut qui représente la totalité des rémunérations obtenues chaque année, incluant les salaires ainsi que les prestations sociales issues de divers organismes. Ensuite, l’Insee se base également sur les dépenses de consommation annuelles qui constituent l’ensemble des charges, notamment le prix de courses, le loyer, le remboursement de crédit, etc.

Lors de son calcul, l’Insee effectue tout simplement la soustraction entre ces deux éléments. Le résultat obtenu représente ainsi le montant disponible que le ménage peut soit mettre de côté soit investir dans des supports permettant de percevoir des rendements.

D’après les statistiques de l’Insee, voici les capacités d’épargne annuelles des Français selon leur âge :

  • Moins de 30 ans : 1 638 euros;
  • 30 à 39 ans : 2 345 euros;
  • 40 à 49 ans : 3 239 euros;
  • 50 à 59 ans : 5 893 euros;

Selon toujours les résultats des études de l’Insee, le montant destiné à l’épargne augmente au moment du départ à la retraite. Pour les Français entre 60 à 69 ans, cette somme s’établit en moyenne à 5 935 euros contre 8 657 euros pour les plus de 70 ans. Ces chiffres démontrent clairement que les personnes âgées bénéficient d’une aptitude d’épargne et d’investissement beaucoup plus conséquente par rapport aux jeunes. C’est pourquoi les spécialistes sont unanimes sur plusieurs points.

➡️ À lire aussi :   Comment connaître le plafond de votre retraite maximale Agirc-Arrco ?

D’abord, les jeunes actifs à moins de la cinquantaine ont des difficultés à mettre de l’argent de côté, car leur rémunération leur permet uniquement de couvrir leurs charges quotidiennes. De plus, des cotisations sont ponctionnées sur leur salaire pour être versées aux séniors qui économisent une part importante de cette somme.

À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Julien
Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.

Voir tous ses articles