Consommation & Vie quotidienne

Le Pinky, successeur du Linky arrive en France, faut-il accepter de l’installer ?

Le Pinky, successeur du Linky arrive en France, faut-il accepter de l'installer

Le Pinky est le nouveau compteur développé par le réseau de distribution de l’électricité Enedis. Doté d’un boîtier rose fuchsia, il permet d’optimiser la gestion de la consommation d’électricité. Mais, faut-il accepter de l’installer ? Explications.

Pinky : pour qui est-il destiné ?

Pinky est le petit frère du compteur Linky. Bien que ce soient tous les deux des modèles intelligents, ils ne s’adressent pas aux mêmes destinataires. Pinky concerne uniquement les collectivités publiques et les immeubles (immeubles tertiaires, résidentiel collectif). Il est, de ce fait, installé au pied du bâtiment.

Vous n’avez pas la possibilité de refuser son installation, car celui-ci fait partie du réseau public de l’électricité. Pour qu’il puisse être déployé, il faut l’aval des collectivités locales et des pouvoirs publics.

Après le test à succès du dispositif, il est en cours de déploiement à Paris, Lyon, Bordeaux, Montpellier ou Nice, c’est-à-dire les grandes villes.

D’ici la fin de l’année 2023, pas moins 5 000 compteurs devraient être installés en France, dans les postes de transformation qui desservent un immeuble.

L’objectif est de mettre en place une dizaine de milliers de Pinky dans la prochaine décennie.

Quelles sont les fonctionnalités du compteur intelligent Pinky ?

Le compteur Pinky n’utilise plus le réseau 4G pour la transmission des informations. Il embarque la technologie CPL / Courant porteurs en ligne afin de mesurer la consommation électrique d’un quartier en temps réel. Pour ce faire, il se base sur les intensités, les tensions, la température ambiante, les puissances actives et réactives ainsi que la charge transformative.

➡️ À lire aussi :   Faites baisser votre facture de téléphone portable en suivant ces astuces

Une fois les données collectées, elles seront renvoyées à Enedis toutes les 10 minutes. De cette manière, le réseau de distribution peut coordonner le déploiement des bornes de recharge électrique pour les voitures dans l’espace public et dans les copropriétés.

Pour faire un suivi plus efficace de la production d’électricité d’installation en autoconsommation (éoliennes domestiques, panneaux photovoltaïques, etc), le compteur Pinky est l’allié de l’équipe Enedis. Aussi, il devrait rendre l’émergence de projets d’énergies renouvelables ou d’éco-quartiers au sein des collectivités territoriales plus simple.

Pinky se charge aussi d’envoyer des notifications en cas de dysfonctionnement ou d’anomalie. Cela facilite la gestion des flux électriques. Enedis pourra déterminer plus aisément les postes de consommation les plus importants.

Pinky et sécurité des données

Pour rappel, Linky a suscité une énorme polémique lors de son déploiement. Pinky provoque également les mêmes émois avant même son développement. Les inquiétudes des consommateurs ? La sécurité des données et la possibilité d’exposition aux ondes.

Sachez que les données collectées par le nouveau compteur intelligent d’Enedis se font de façon anonyme et touchent uniquement les consommations de l’ensemble d’immeubles. Concernant le risque pour la santé, il n’émet pas plus d’ondes qu’une plaque à induction.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.