Le nouveau cumul emploi-retraite pourquoi il n'est pas aussi bénéfique que prévu

Le nouveau cumul emploi-retraite : pourquoi il n’est pas aussi bénéfique que prévu ?

Le cumul emploi-retraite découle de la dernière réforme des retraites de 2023. Son principe s’avère être assez simple à appréhender. Bien sûr, ce dispositif s’accompagne de réels avantages moyennant quelques inconvénients. Mise au point !

Zoom sur les tenants et les aboutissants du cumul emploi-retraite ?

La loi du 14 avril 2023 a créé un nouveau dispositif appelé « cumul emploi-retraite ». Comme son nom l’indique, celui-ci permet d’obtenir des nouveaux droits à la retraite en reprenant une activité professionnelle. En principe, toute personne éligible génère un revenu complémentaire en plus de sa pension de retraite.

Le principal avantage du cumul emploi-retraite réside donc dans cette possibilité de toucher des ressources complémentaires après la retraite. De quoi augmenter sa pension de retraite. Cerise sur le gâteau, de nouveaux droits à la retraite découlent de ce dispositif. Les personnes éligibles peuvent ainsi maintenir leur niveau de vie.

Notons que ce cumul emploi-retraite peut être intégral ou bien plafonné. La meilleure stratégie consiste à partir à la retraite au taux maximum. Il devient ainsi possible de reprendre une activité pour obtenir d’autres droits à la retraite. Le total de vos retraites et de vos revenus complémentaires doit rester inférieur à la moyenne mensuelle de vos revenus d’activité des trois derniers mois civils. Sinon, celui-ci ne doit pas dépasser 1,6 fois le Smic.

➡️ À lire aussi :   Découvrez à quel moment vous toucherez votre prime de départ en retraite

Bien que les avantages du cumul emploi-retraite soient réels, il y a quelques points négatifs à prendre en compte. Citons notamment l’obligation de payer des cotisations à fonds perdus sur vos revenus d’activité. En raison, ce dispositif n’ouvre pas droits à des droits supplémentaires à la retraite. Même si vous êtes éligible, les cotisations correspondantes ne seront pas minorées.

Petit rappel sur les conditions d’éligibilité du cumul emploi-retraite

A l’évidence, ce dispositif s’adresse exclusivement aux retraités souhaitant poursuivre leur carrière professionnelle. Pour en bénéficier, d’autres conditions sont à remplir. De fait, celles-ci dépendent de différents paramètres comme la date de départ à la retraite. Les règles applicables ne sont pas les mêmes pour ceux ayant été admis à la retraite avant le 1er septembre 2023 et ceux ayant été admis à compter du 1er septembre 2023. Le fait d’avoir bénéficié ou non d’une pension de retraite de l’Assurance retraite à taux plein peut changer la donne.

Le cas échéant, la personne concernée peut poursuivre une activité professionnelle dès son admission à la retraite ou à tout moment. Celle-ci doit avoir obtenu une pension de retraite de base de l’Assurance retraite à taux plein. Pour ce faire, deux options sont possibles :

  • Partir à la retraite entre l’âge légal de départ à la retraite (entre 62 à 64 ans) et 67 ans, à condition d’obtenir un nombre suffisant de trimestres d’assurance retraite.
  • Partir à la retraite à 67 ans, peu importe le nombre de trimestres d’assurance retraite comptabilisé.
➡️ À lire aussi :   Les bienfaits du jardinage pour les retraités - Voici quelques astuces

Bien entendu, il y a quelques démarches à effectuer comme la déclaration de votre situation (par écrit) auprès de votre Carsat (Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail).

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien
Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.

Voir tous ses articles