Immobilier

Le métier de courtier de crédit n’existera plus – Y a-t-il un intérêt à vouloir passer par un courtier ?

Le métier de courtier de crédit n'existera plus – Y a-t-il un intérêt à vouloir passer par un courtier

Depuis la crise immobilière qui a été provoquée par la hausse des taux, l’inflation et la baisse des prix des biens dans certains secteurs, certains métiers ont du mal à sortir la tête de l’eau. Il s’agit particulièrement de l’intermédiaire entre l’établissement bancaire et l’emprunteur : le courtier de crédit. Mais, y a-t-il toujours intérêt à vouloir passer par ce professionnel malgré sa situation ?

Le courtier de crédit en difficulté

Durant ces deux dernières années, les courtiers de crédit subissent fortement l’impact de la crise immobilière. En effet, si les revenus des banques proviennent généralement des dépôts et des encours de crédit, ceux d’un courtier, en revanche, varient selon le flux d’affaires nouvelles.

À titre de rappel, il bénéficiait jusqu’alors des commissions à hauteur de 1% du montant de crédit, soit l’équivalent de 2 à 4 fois le Smic avec la variable. Un gain indispensable pour les indépendants. Mais, malheureusement, la donne a changé, car les volumes de crédits à l’habitat ont connu une baisse considérable à cause de la remontée des taux.

Le vent a donc tourné rapidement et de nombreuses banques sont contraintes de se séparer temporairement de certains courtiers de crédit. Face à la situation, plusieurs d’entre eux se sont orientés vers d’autres domaines alors que certains optent pour la surenchère.

➡️ À lire aussi :   Peut-on vous refuser de louer un appartement parce que vous avez un animal de compagnie ?

Est-il toujours intéressant de se confier à un courtier de crédit ?

Le courtier de crédit joue un rôle crucial puisqu’il propose un large panel de solutions de financement à son client. Grâce à son expertise, il peut trouver la meilleure combinaison de solutions qui vous convient le plus et par la même occasion vérifier votre éligibilité aux dispositifs de prêts bonifiés disponibles.

D’ailleurs, selon un sondage effectué, l’image de ce professionnel reste inchangée malgré la crise et une grande partie des Français ayant sollicité son service avoue avoir un courtier de confiance. Le courtier vient aussi en aide aux candidats souhaitant comparer les différentes offres existantes sur le marché. La raison ? Il est capable de centraliser les pièces indispensables au dossier en un seul lieu. Il procède ensuite à une analyse approfondie avant de mettre en avant un plan de financement.

Néanmoins, au vu de la situation actuelle, la plupart des professionnels en courtage n’arrivent pas à s’en sortir. Pour que le métier atteigne la maturité, il vaut mieux développer d’autres ressources de revenus comme la mise en place de partenariats stratégiques avec des assurances ou des établissements bancaires. Grâce à cette approche, les clients pourront profiter d’un service plus complet.

➡️ À lire aussi :   SCPI : faut-il investir après la retraite ?

En somme, malgré la crise, les courtiers ont pu prouver le caractère indispensable de leur profession. Ils sont capables de toujours accompagner les candidats à l’emprunt, mais les revenus ne seront plus comme avant. Alors, il faudra opter pour la diversification de ressources pour maintenir un bon niveau de vie.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.