Immobilier

La location meublée permet-elle réellement de payer zéro impôt ? Attentions aux pièges !

La location meublée permet-elle réellement de payer zéro impôt Attentions aux pièges !

La location meublée soulève souvent quelques interrogations surtout concernant sa fiscalité, soit disant avantageuse. En tout cas, c’est une forme d’investissement locatif aux multiples facettes. Il y a néanmoins des pièges à éviter. Lesquelles ?

Payer zéro impôt avec la location meublée : comment bien s’y prendre ?

Si vous êtes déjà propriétaire d’un bien immobilier, vous pouvez le mettre en location meublée. C’est un choix judicieux qui vous permet d’améliorer vos ressources. D’autant plus que ces revenus locatifs sont imposés différemment. Pour mémoire, dans le cadre d’une location meublée, les loyers que vous générez appartiennent à la famille des BIC (bénéfices industriels et commerciaux).

Pour bénéficier d’une fiscalité plus avantageuse sur vos revenus, optez pour le régime micro-BIC. Elle s’ouvre à tous les propriétaires de biens meublés disposant de recettes locatives inférieures à 77 700 € (en 2023). Auparavant, ce plafond de revenus était fixé à 72 600 € (en 2022).

Le régime micro-BIC vous permet de profiter d’un abattement fiscal de 50 %. En d’autres mots, seule la moitié de vos revenus est imposable. L’autre moitié étant dédiée aux charges locatives. Bien entendu, c’est l’administration fiscale elle-même qui calcule cet avantage fiscal. Tout ce que vous avez à faire c’est de remplir le formulaire n°2042-C-PRO. Saisissez-y le montant des loyers encaissés. Sinon, vous pouvez indiquer la somme directement dans votre déclaration de revenus en ligne.

➡️ À lire aussi :   Investissement en SCPI : la meilleure solution pour doper votre rendement en 2023

La solution alternative : le régime réel. Elle vous permet notamment d’alléger votre facture fiscale en réduisant certaines dépenses (travaux, assurances, etc.). Il s’agit d’une stratégie gagnante dans la mesure où le montant des déductions représente la moitié des revenus locatifs. En prime, une grande partie du prix d’achat du bien est amortissable. Cet avantage fiscal s’apparente à une réduction progressive plus avantageuse.

En principe, le régime réel permet de défiscaliser vos revenus locatifs grâce notamment à l’amortissement du prix d’acquisition. C’est notamment le cas dans certaines villes appliquant  des prix d’achat élevés et des rendements faibles. Il devient ainsi possible de retrancher les loyers de l’ordre de 2 à 3 % de la valeur du bien. Les bénéfices imposables (BIC) pourront ainsi se tendre vers zéro.

Quelques points de vigilance pour éviter les pièges dans le cadre d’une location meublée

Bien que l’avantage fiscal de la location meublée soit réel, il y quelques pièges à déjouer. Les revenus locatifs sont considérés comme des BIC. Ils sont donc moins imposés par rapport aux revenus fonciers. En contrepartie, vous devez tenir une comptabilité en bonne et due forme.

Vu la complexité de la tâche, le recours à un expert-comptable est vivement recommandé. C’est lui qui va établir un compte de résultat ainsi qu’un bilan annuel. Vous l’aurez compris, cela a un prix : environ 500 € par an (jusqu’à 1 000 € pour plusieurs logements).

➡️ À lire aussi :   Immobilier en chute : les villes où les projets d’achat doivent être réajustés

Afin de tirer un maximum d’avantages de votre location meublée, certaines démarches sont nécessaires. Vos revenus BIC doivent faire l’objet d’une déclaration préalable via le formulaire n°2031. Dans le cadre d’une location meublée sous le régime réel, les recettes locatives ainsi que d’autres travaux doivent être amortis, au lieu d’être déduits.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.