Investissement & Epargne

Investissement dans le vin : de plus en plus de français y croient !

Investissement dans le vin : de plus en plus de français y croient

Les Français figurent parmi ceux qui consomment le plus de vin dans le monde. En effet, ils comptent environ 75% dont une grande partie a une préférence pour le rouge. En revanche, en termes d’affaires, le marché de l’investissement dans le vin est quasiment méconnu par certains. Néanmoins, de plus en plus de Français y croient. Focus !

Investissement dans le vin : ¼ des français s’y intéressent

Une récente étude effectuée indique clairement le taux des investisseurs français potentiels dans le vin. Sur environ 1 000 personnes interrogées, 25% avouent y être intéressés. Un taux largement inférieur à celui de l’assurance-vie qui se situe dans les alentours des 30,8%.

Les avis des ¼ des Français qui y croient semblent aussi très partagés pour ce qui est d’un bon investissement. Si une partie, soit près de 40% pensent qu’il faut commencer par dénicher de grandes bouteilles de vins, les faire vieillir pour pouvoir les consommer plus tard, une autre réfléchit directement à la revente.

34% des sondés réalisent que le vin est un investissement rentable en s’intéressant au GFV ou groupement foncier viticole et 36% pensent que c’est un investissement sûr. En revanche, près d’un quart d’entre eux cherchent à se ruer dans des fonds d’investissement dédiés.

➡️ À lire aussi :   Le champagne en crise, les français n'en consomment plus car devenu trop cher

Quels peuvent être les blocages à ce type d’investissement ?

L’investissement dans le vin présente des risques. Pour la plupart des personnes interrogées, elles avouent que le manque de connaissance dans le domaine peut constituer un frein non négligeable tandis que 36% des sondés semblent bloqués par rapport au manque d’espace ainsi que des bonnes conditions de stockage.

Il est également important de souligner que dans un monde en perpétuelle évolution, le marché de l’offre et de la demande change continuellement. Le risque de perte est énorme lorsqu’un individu souhaite revendre une bouteille de vin trop récente.

L’absence de liquidité doit aussi être prise en compte. Si certaines marques ont une belle notoriété en France, d’autres sont appréciées uniquement par les amateurs. Le dernier cas présente un risque trop élevé, notamment sur le marché de particulier à particulier dans l’Hexagone.

Alors que les Français adorent les vins millésimés, sachez que certains vins sont trop vieux et n’intéressent plus les acheteurs. Avant de vous investir, prenez le temps de bien vous renseigner ou de faire des sondages sur l’image de la marque. Enfin, le prix endigue certains investisseurs (près de 29%).

En termes d’impôt, sachez que le vin est doublement fiscalisé.

Dans la majorité des cas, le résident fiscal français jouit d’une exonération sur les plus-values de cession sur le produit. En revanche, il peut y avoir une modification de la fiscalité applicable lors de la liquidation. Pour y remédier, n’hésitez pas à consulter un conseiller juridique/fiscal.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.