Indignité et ingratitude ces comportements peuvent mettre en péril vos droits à la succession

Indignité et ingratitude : ces comportements peuvent mettre en péril vos droits à la succession

Dans le cadre d’une succession, la loi prévoit généralement que tous les héritiers légitimes ont droit à une part de l’héritage. Cependant, il existe des situations exceptionnelles où un héritier peut être exclu de la succession. Ces cas sont strictement encadrés par la loi et ne peuvent être appliqués qu’en présence de circonstances spécifiques.

Dans cet article, nous allons explorer ces différentes situations qui peuvent conduire à l’exclusion d’un héritier d’une succession selon la loi française. Un sujet complexe mais essentiel pour comprendre vos droits et obligations en tant qu’héritier potentiel.

L’indignité successorale : une exclusion de la succession pour comportement grave

Le Code civil français prévoit des dispositions spécifiques pour exclure certains héritiers de la succession, en raison d’un comportement particulièrement grave à l’égard du défunt. Cette notion, appelée « indignité successorale », s’applique automatiquement dans certaines situations bien définies.

Par exemple, un héritier condamné pour avoir volontairement tenté ou donné la mort au défunt est considéré comme indigne et est donc exclu de la succession. En 2020, le champ d’application de l’indignité successorale a été élargi pour inclure d’autres cas graves tels que les actes de torture, les violences volontaires, le viol ou l’agression sexuelle envers le défunt.

De même, ceux ayant porté un faux témoignage contre le défunt dans une procédure criminelle, s’étant abstenus volontairement d’empêcher un crime ou délit contre l’intégrité corporelle du défunt entraînant sa mort, ou ayant fait une dénonciation calomnieuse contre le défunt peuvent également être exclus de la succession. Si l’indignité n’est pas automatique, un autre héritier peut la demander auprès d’un tribunal dans les six mois suivant le décès.

➡️ À lire aussi :   Quel est l’intérêt d’anticiper sa succession ?

L’ingratitude : une sanction moins sévère que l’indignité

Moins grave que l’indignité, l’ingratitude est définie par le droit civil français comme un manquement sérieux au devoir de reconnaissance envers le donateur ou testateur. Elle nécessite des poursuites pénales et une condamnation.

Les articles 955 et 1046 du Code civil énumèrent les cas d’ingratitude, incluant les sévices, délits, injures graves envers le défunt ou le refus de lui fournir des aliments. L’ingratitude est prononcée à la demande du donataire ou lors de l’ouverture d’une succession par un cohéritier, et est appréciée au cas par cas par la jurisprudence. En outre, l’ingrat doit restituer l’héritage reçu car l’ingratitude a un effet rétroactif.

Les mesures de protection des héritiers vulnérables

Dans certaines situations, la loi française prévoit des mesures pour protéger les héritiers vulnérables lors d’une succession. Cela inclut notamment les mineurs et les majeurs protégés par une mesure de tutelle ou de curatelle. Ces dispositifs visent à assurer que les droits de ces héritiers sont respectés et que leur part d’héritage est gérée de manière appropriée.

Un tuteur ou curateur est nommé pour administrer les biens de l’héritier vulnérable, garantissant ainsi que les décisions prises sont dans le meilleur intérêt de celui-ci. Cette protection juridique est cruciale pour prévenir l’exploitation ou la mauvaise gestion de l’héritage par des parties mal intentionnées.

➡️ À lire aussi :   Transmettre son patrimoine sans se démunir
À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Julien
Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.

Voir tous ses articles