Retraite

Indexation des pensions retraites : pourquoi les économistes critiquent cette réforme

Indexation des pensions retraites pourquoi les économistes critiquent cette réforme

Face à l’inflation, certains retraités ont du mal à subvenir à leurs besoins tous les mois. Pour y remédier, le gouvernement a décidé de revaloriser la retraite de base à 5,3% à compter du mois de février 2024. Mais, pourquoi les économistes critiquent-ils cette réforme ? Réponses.

Zoom sur la réforme de retraite

Réévaluée tous les ans selon l’inflation, la retraite de base augmentera à 5,3% cette année. Une excellente nouvelle pour le pouvoir d’achat des retraités français. À noter que cette revalorisation touche les anciens salariés du privé, les ex-artisans, les ex-commerçants et agriculteurs.

Elle a été pensée pour améliorer la protection des bénéficiaires contre la hausse des prix. Il convient de rappeler que la pension du mois de janvier vous sera versée seulement en février 2024.

Par conséquent, la hausse prendra effet le 9 février. Concernant les retraites complémentaires, elles connaîtront également un bond de 4,9% pour les ex-salariés du privé.

Une évolution que les économistes ne partagent pas !

Cette réforme de retraite ne fait pas plaisir à tout le monde. Selon certains économistes, cette opération augmente les écarts de la richesse entre les retraités et les actifs.

De plus, le fait que certaines personnes à la retraite jouissent d’un taux d’épargne encore plus conséquent accentue leur point de vue. Les jeunes actifs, eux en paient les prix.

➡️ À lire aussi :   Le classement des villes idéales pour la retraite

Effectivement, ils seront chargés de payer la mesure à travers leurs cotisations ou leurs dettes. Or, la vitesse d’augmentation de leur salaire est moins rapide par rapport à celle des retraites.

Cette année, la progression de la rémunération par tête serait de 4,1% cette année, d’après les estimations de la Banque de France.

Indexation des pensions retraites : un manque à gagner

Il est important de souligner que la revalorisation des retraites coûterait dans les alentours de 14 milliards d’euros au régime de base cette année. Ce qui représenterait un manque à gagner pour les investissements destinés aux jeunes, au capital humain et aux actifs.

Or, Bercy a pour principal objectif de réduire le déficit public de 4,9% du PIB à 4,4%, une tâche assez compliquée, notamment compte tenu du ralentissement économique actuel en France.

La solution aurait donc été selon certains économistes de désindexer les retraites et de mettre en avant la valeur travail, les salaires et les jeunes.

Le coût de la mesure aurait pu être réduit à 2,7 milliards d’euros avec un point de sous-indexation, ce qui n’aurait pas été injustifié que ce soit sur le plan social ou économique.

Sachant toutefois que le niveau de vie des retraités est largement supérieur à celui du reste de la population, cela ne signifie pas pour autant que l’aide pour les petites retraites devrait être suspendue.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.