Impôts sur la Fortune comment les travaux influencent-ils la valeur d'un bien en 2024

Impôts sur la Fortune : comment les travaux influencent-ils la valeur d’un bien en 2024 ?

Si vous êtes assujetti à l’IFI en 2024, sachez que certains travaux peuvent influencer la valeur taxable de votre patrimoine. Il y a aussi d’autres paramètres importants à mémoriser. Etat des lieux !

Zoom sur les travaux pris en compte dans le cadre de l’IFI en 2024

En principe, un patrimoine immobilier d’une valeur supérieure à 1,3 million d’euros rentre dans le cadre de l’impôt sur la fortune immobilière. En chiffres, 164 000 foyers fiscaux sont redevables de l’IFI. Si vous en faites partie, sachez que la valeur de votre bien peut être modifiée grâce à des travaux.

Pour mémoire, l’IFI est soumis à un barème progressif. Malgré cela, celui-ci s’applique à une assiette taxable de la valeur nette du patrimoine (après la déduction des charges et dettes). Il convient d’appréhender les dettes déductibles de votre actif immobilier imposable à l’IFI. De fait, celles-ci sont à la charge d’un membre du foyer fiscal redevable.

Vous pouvez déduire uniquement les dettes rattachées à votre patrimoine imposable à l’IFI au 1er janvier de l’année d’imposition. Inhérentes aux actifs taxables, celles-ci sont liées à l’acquisition ou à la conservation de biens (ou droits immobiliers taxables). Parmi ces dettes déductibles, citons notamment les dépenses de travaux pour la construction, la reconstruction, l’amélioration, la réparation ou l’agrandissement d’un bien immobilier.

➡️ À lire aussi :   Gérer son bien Pinel après un divorce : revente, rachat ou indivision ?

Idem pour les dépenses supportées pour l’acquisition de biens ou de droits immobiliers imposables (emprunt bancaire, par exemple). A cela s’ajoutent les dépenses liées à l’acquisition des parts ou actions au prorata de la valeur des biens et droits immobiliers imposables.

Vous pouvez d’ailleurs déduire les dépenses d’entretien ou de réparation et charges de copropriété (effectives), et non régulières au 1er janvier. Citons également les impositions afférentes à la propriété (taxe foncière, taxe sur les locaux vacants, etc.). Idem pour les droits de mutation en instance de paiement et l’IFI théorique (hors impôts liés à l’occupation du bien à l’instar de la taxe d’habitation).

D’autres changements en vigueur pour l’IFI cette année !

La loi de finances pour 2024 prévoit deux nouveaux plafonds pour la déclaration de la valeur de l’IFI. Les contribuables redevables ne risquent pas ainsi de déclarer un montant supérieur à la valeur réelle de vos actifs. Dans le premier cas, la valeur déclarée au titre de l’IFI est plafonnée à la valeur nette totale des biens immobiliers. Dans le second, celle-ci ne peut pas dépasser la valeur réelle de la société.

Notons que certaines dettes ne sont pas déductibles de l’IFI. En tête de liste, il y a notamment celles contractées pour l’acquisition ou dans l’intérêt de biens non pris en compte pour l’assiette taxable de l’IFI. A cela s’ajoutent les dettes qui se rapportent à l’acquisition ou dans l’intérêt de biens intégralement exonérés. Idem pour les dettes se rapportant à des actifs bénéficiant d’une exonération partielle. Les bois et les forêts constituent des exemples concrets. De fait, ceux-ci sont seulement déductibles à hauteur de la part non exonérée.

À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Julien
Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.

Voir tous ses articles