Crédit et emprunt

Financement des entreprises en crise : l’État repousse le remboursement des prêts à 2026

Financement des entreprises en crise l'État repousse le remboursement des prêts à 2026

Lors de la longue période de crise sanitaire, de nombreuses entreprises étaient bénéficiaires des prêts garantis par l’Etat. Afin de sauver certaines firmes, le ministre de l’Economie a repoussé la date limite de remboursement de ces PGE à fin 2026. Etat des lieux !

Le remboursement des prêts garantis par l’Etat repoussé jusqu’à fin 2026

Comme annoncé par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, le 7 janvier dernier, le remboursement des PGE a été rallongé jusqu’à fin 2026. Une nouvelle enthousiasmante pour toutes les entreprises concernées. Pour mémoire, elles étaient au nombre de 560 à avoir eu recours à un tel dispositif en 2022 et en 2023.

Bercy accorde ainsi 3 ans de plus à ces entreprises françaises, y compris les TPE/PME, pour bénéficier du rallongement des échéances des PGE. Elles pourront ainsi prolonger l’accord, initié lors de la crise sanitaire, jusqu’au 31/12/2026. Selon le ministre de l’Economie, cette mesure permettra de sauver certaines entreprises. Il s’agit en l’occurrence de celles rencontrant des difficultés à rembourser.

Grâce à cette mesure, ces entreprises-là pourront continuer à rééchelonner leurs PGE. D’autant que 28% des emprunteurs trouvent de plus en plus de difficile de rembourser.

Rappelons que le dispositif des PGE a été lancé initialement fin mars 2020. A cette période, le tout premier confinement venait juste d’être instauré. Cette mesure avait permis aux entreprises en difficulté de garder la tête hors de l’eau. En tête de liste figurent notamment les TPE (très petites entreprises) et les PME (petites et moyennes entreprises).

➡️ À lire aussi :   Nos astuces pour organiser vos comptes sur votre ordinateur

Le principe du dispositif des PHE reste simple à appréhender. Les entreprises (précaires) obtiennent des prêts bancaires avec des taux d’intérêts plus faibles. Ils oscillent généralement entre 1% et 2,5%, soit jusqu’à 25% du chiffre d’affaires. Le dispositif original prévoyait la possibilité d’étaler les remboursements sur 6 ans. Les premières échéances de remboursement intervenaient au bout d’un an seulement. En cas de défaut de paiement, entre 70% et 90% du montant sont pris en charge par l’Etat. D’où l’appellation « prêt garanti par l’Etat ».

Un nouveau prolongement aux profits des entreprises débitrices

Depuis 2020, ces prêts garantis par l’Etat se chiffrent à 107 milliards d’euros pour les TPE/PME, selon Bercy. Bien que ces PGE aient permis de sauver leurs trésoreries lors de la pandémie, ces dernières ont vu leur taux d’endettement s’alourdir.

Plus de 50 milliards de PGE ont déjà été remboursé en intégralité. D’autres entreprises débitrices peinent à honorer leurs échéances de remboursement. Pour changer la donne, celles-ci peuvent recourir à un dispositif de restructuration par le biais de la « Médiation du crédit ». Environ 560 entreprises avaient bénéficié du dispositif ces deux dernières années. Elles ont ainsi pu étaler de 2 à 4 ans supplémentaires leurs PGE par rapport à l’échéancier initial. Bien évidemment, la garantie de l’Etat sera conservée tout au long de cette période de renouvellement de l’accord.

➡️ À lire aussi :   Les parents et les grands-parents peuvent aider dans l’achat immobilier avec ces actions

Environ 700 000 prêts d’un montant total de 146 milliards d’euros ont été octroyés par l’Etat. Comme on le sait déjà, 107 milliards d’euros sont alloués aux PME et TPE. Toutefois, le ministre de l’Economie précise que le recours à la Médiation génère une mise en défaut bancaire. Il devient ainsi impossible de souscrire à un autre financement par la suite.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.