Facebook et Instagram vous demandent de payer, faut-il céder 

Facebook et Instagram vous demandent de payer, faut-il céder ?

Dorénavant, les internautes ont deux choix pour l’usage de Facebook et Instagram. En effet, Meta propose soit d’utiliser ces réseaux sociaux gratuitement soit de s’acquitter d’un abonnement. On vous explique tout sur cette nouvelle règlementation qui peut avoir des impacts sur les internautes.

Un grand changement pour Facebook et Instagram

De nombreux usagers de ces deux réseaux ont été surpris de voir l’encadré qui apparaît pour la première fois dans leur compte. Il s’agit d’un encadré qui annonce que les internautes qui utilisent gratuitement Facebook et Instagram doivent approuver que Meta récolte et se sert de certaines informations pour l’affichage de publicités ciblées.

Sinon, ils devront payer un abonnement mensuel de 12,99 euros sur les mobiles et 9,99 euros sur les ordinateurs.

Pour les profils qui décident de s’acquitter de cette somme, leurs données ne sont pas récupérées par le système. En plus, ils ne verront pas de publicité ni sur Facebook ni sur Instagram.

Ces initiatives permettent justement à Méta qui est la maison mère de ces plateformes de se conformer avec la loi portant sur les services numériques de l’Union européenne ou Digital Services Act ou DSA. Dans le même temps, ce système constitue une source de revenus supplémentaire pour Facebook et Instagram.

➡️ À lire aussi :   C'est la fin du permis de conduire, tout le monde devra posséder la version dématérialisée

Est-ce qu’il faut céder à la demande de ces plateformes de payer ?

Tout d’abord, il faut savoir que les internautes qui sont sur ces réseaux sociaux peuvent continuer à les utiliser gratuitement. Il n’y a aucun changement de ce côté. Par contre, il est important de rappeler que ces plateformes collectent des données sur chaque compte depuis des années. Ainsi, Meta demande à travers cette nouvelle mesure d’accepter cette démarche.

L’abonnement payant permet de naviguer sur Facebook et Instagram sans être perturbé par les publicités. En outre, les comptes des utilisateurs mineurs comportent des pubs, car Meta ne peut pas demander à ces derniers de payer pour supprimer ces éléments.

Cependant, cette nouvelle mesure oblige Meta à effacer ces contenus sur les comptes de ces usagers. Le DSA qui est entré en vigueur depuis la fin du mois d’août interdit à tous les réseaux sociaux de diffuser de la publicité pour ces catégories d’internautes.

Selon Meta, la mise en place de l’abonnement permet juste de se conformer aux règles de l’UE

Selon les affirmations de Méta, cette mesure payante vise uniquement à garantir le respect des nouvelles règlementations européennes et qu’elle n’a pas été adoptée dans l’objectif de faire des profits financiers. Quoi qu’il en soit, on ne peut que constater que Meta effectue une collecte importante des données sur tous les utilisateurs d’internet.

➡️ À lire aussi :   Une tendance à la hausse des dépenses publiques pour les retraités et à la baisse pour les jeunes

Ceci est d’ailleurs indiqué dans sa politique de confidentialité. Ce sont des informations qui concernent directement les activités des usagers. Ces renseignements permettront au système de diffuser des publicités personnalisées pour chaque compte.

Quoi qu’il en soit, Méta a également déclaré qu’il n’essaye en aucun cas de forcer le consentement des internautes. Si ces derniers ne souhaitent pas payer, soit ils acceptent l’exploitation de leurs données personnelles soit ils quittent la plateforme.

À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
jean-rouillard
Jean Rouillard