Explosion des arrêts de travail

Explosion des arrêts de travail : vers une surveillance accrue et quasi systématique ?

Les faux arrêts de travail augmentent chaque année. La situation est devenue problématique actuellement. Pour y remédier, le gouvernement encourage les entreprises tricolores à resserrer les vis.

Le gouvernement souhaite remédier aux faux arrêts de travail

L’absentéisme explose en France. Elle a progressé d’environ 8 % en 2022. La Sécurité sociale débourse 16 milliards d’euros pour couvrir les indemnités journalières des patients en arrêt maladie. Aurélien Rousseau, ministre de la Santé, trouve cela insoutenable.

Les arrêts de travail dits de complaisance sont dans la ligne de mire du gouvernement dans le cadre du PLFSS. Les employeurs devront redoubler de vigilance. Il est vivement recommandé de faire appel à un médecin contrôleur pour justifier l’arrêt d’un salarié. En cas de non-conformité, la suspension des indemnités journalières reste inéluctable.

Le dispositif va être simplifié davantage avec le PLFSS. Le ministre de la Santé explique « Avant, il fallait en plus un avis obligatoire d’un médecin de l’Assurance maladie ; cette étape est supprimée ». Ces mesures permettent notamment de repérer les entreprises où les arrêts de travail progressent fortement. Bien entendu, cet ajustement ne s’applique pas aux sociétés privées de prévention de l’absentéisme (Contrôle médical service, Medicat Partner, Securex, etc.). En raison, ces dernières font déjà des contre-visites médicales à la demande des employeurs.

➡️ À lire aussi :   Congé parental réformé : il sera mieux indemnisé pour les jeunes parents dès 2025

Les soignants sont également dans la ligne de mire du gouvernement. Le PLFSS doit les empêcher de prescrire des arrêts maladie de plus de 3 jours en ligne (téléconsultation). Mais, cette mesure ne s’applique pas s’il s’agit du médecin traitant du salarié. Le nouveau projet de loi dispose que « Si l’état de santé de l’assuré ne s’améliore pas, ou s’aggrave après ces 3 jours, il doit être examiné physiquement ».

Le parti de gauche a déjà donné son avis

Le gouvernement passe au crible les plateformes en ligne proposant des arrêts de travail via une téléconsultation. C’est un juteux business qui doit être stoppé, selon l’exécutif. En tout cas, le parti politique de gauche trouve que le gouvernement se trompe de cible. C’est normal si le nombre d’arrêts de travail augmente, car les salariés en activité sont plus nombreux.

Les arrêts de travail s’expliquent également par d’autres facteurs ;

  • La population vieillissante en France
  • Le décalage de l’âge de départ à la retraite
  • Le taux d’emploi des séniors

Les syndicats à l’instar de CFECGC ont déjà donné leur avis : « l’exécutif tape sur les travailleurs en laissant penser qu’ils sont fainéants ». Selon MG France, le représentant des médecins généralistes, « il met une fois encore sous pression les médecins, alors que certaines pathologies explosent ».

➡️ À lire aussi :   Faites vous indemniser des dégâts des Tempêtes : ce que vous devez faire !

Notons que les syndromes somatiques ont beaucoup progressé ces dernières années. Le docteur Rémi Pécault-Charby du centre médical de la Cnam assure que « En 2022, les arrêts de travail liés à la santé mentale, comme la dépression, ont représenté autour de 17,5 % du total ». De son côté, Benoît Serres, de l’ANDRH, précise que « depuis le Covid, les actifs sont fatigués ».

Selon le ministre de la Santé, « il faut analyser ces nouveaux comportements, ne stigmatiser personne, dialoguer avec les entreprises, les médecins qui prescrivent les salariés ». Le ministère incite les entreprises à :

  • Faire de la prévention.
  • Détecter les premiers signes de malaise au travail.
  • Encourager les salariés à se faire vacciner contre la grippe (pour éviter les maladies hivernales).
À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Julien
Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.

Voir tous ses articles