Famille et Société

Est-ce le job des grands-parents d’être des baby-sitters ? Comment dire « non »

Est-ce le job des grands-parents d'être des baby-sitters Comment dire non

De nos jours, les grands-parents sont souvent contraints de jouer le rôle de baby-sitter. Certains le font par amour, d’autres par obligation. Mais avec le temps, ça devient une habitude. Au final, les seniors sont victimes des caprices de leurs enfants et petits-enfants. Mise au point !

Des grands-parents exploités ou trop aimants ?

Confier ses enfants à des personnes âgées n’est pas forcément la meilleure solution. Fatiguées et fragiles, elles ne disposent pas des capacités physiques nécessaires pour s’occuper d’un nouveau-né. Idem pour les enfants qui sont souvent bruyants et hyperactifs. De fait, les seniors ont besoin de calme au quotidien.

Après une longue carrière professionnelle, les personnes retraitées méritent amplement de se reposer. De temps à autre, elles peuvent garder leurs petits-enfants en l’absence de leurs parents. Mais il ne faut pas profiter de leur générosité. D’autant plus que les baby-sitters touchent une rémunération. Les grands-parents, eux, font ça gratuitement.

En général, les parents envoient leurs enfants chez leurs grands-parents lors des périodes de vacances. Ils s’occupent très bien de leur descendance même en cas de maladie grave. Lors de la pandémie, par exemple, les crèches et autres structures similaires n’acceptaient pas les enfants malades. Face à cette situation, certains grands-parents avaient décidé d’assurer la garde de leurs petits-enfants.

➡️ À lire aussi :   Le GIR 6 : Autonomie des seniors et impacts pour les familles

Les enfants capricieux sont plus difficiles à raisonner même s’ils atteignent l’âge adulte. Pour avoir du temps libre, ils n’hésiteront pas à laisser leurs progénitures chez leurs parents. Aveuglés par l’amour maternel ou paternel, ces derniers ne savent pas comment dire « non ». Ils se retrouvent ainsi dans un cercle vicieux. Pour en sortir, il faut agir différemment et intelligemment.

Comment dire « non » pour éviter d’être piégé dans ce cercle vicieux ?

Il n’y a rien de mal à confier son enfant à ses grands-parents, surtout s’ils sont déjà retraités. En revanche, si ça devient récurrent, les problèmes familiaux seront inéluctables. Dans certains cas isolés, ces conflits peuvent entraîner des séparations douloureuses entre ascendant et descendant.

En colère, les grands-parents peuvent choisir de déshériter leurs enfants. Des parents irresponsables qui profitent de leur situation pour exploiter des seniors. Afin d’éviter ce genre de scénario explosif, mieux vaut privilégier le dialogue. Il faut discuter ensemble des problèmes conjugaux ou familiaux du couple.

En gardant la tête froide, ces discussions peuvent aboutir à des solutions durables et équitables. Ainsi, personne ne se sentira lésé. En cas de dispute, reportez les pourparlers à un autre jour. L’idéal serait de jouer carte sur table tous les week-ends. Si tout le monde s’exprime explicitement, il est tout à fait possible d’éluder les litiges.

➡️ À lire aussi :   Comment choisir un site de rencontre sénior sérieux ?

Les parents doivent garder en tête que les personnes âgées n’ont plus la force physique et mentale pour s’occuper en permanence de leurs enfants. En cas de fatigue chronique, elles risquent de développer des troubles mentaux, ou pire, finir dans un lit d’hôpital. Raison pour laquelle il faut instaurer une bonne organisation pour assurer la garde des petits-enfants à tour de rôle. Autrement, leur éducation pourrait se détériorer brutalement.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.