Retraite

Cotiser pour votre retraite sans emploi ? Voici 4 cas surprenants

Cotiser pour votre retraite sans emploi  Voici 4 cas surprenants

Pour toucher une pension une fois à la retraite, il faut valider des trimestres en payant des cotisations sociales sur les revenus. Ainsi, tout porte à croire que les Français qui n’ont jamais ou peu travaillé ne peuvent pas bénéficier de la retraite. Pourtant, il existe des exceptions qui permettent de cotiser même sans activité professionnelle.

Demander la souscription à l’Assurance vieillesse des parents au foyer ou AVPF

Les personnes dans les situations suivantes peuvent bénéficier de ce dispositif, notamment ceux qui perçoivent :

  • L’allocation de base ou la prestation partagée d’éducation de la Paje.
  • Le complément familial
  • L’allocation journalière de présence parentale ou AJPP

Ce privilège est aussi accordé aux individus qui sont en charge d’un adulte ou d’un enfant handicapé (au moins 80 % d’incapacité permanente) ou encore ceux qui bénéficient du congé proche aidant. Pour les bénéficiaires en couple, il faut qu’ils aient arrêté ou diminué leur activité professionnelle. De plus, les revenus du ménage ne doivent pas dépasser un seuil imposé.

Avec l’AVPF, il est donc possible de valider des trimestres même si la personne ne peut pas travailler. Ainsi, c’est la CAF qui s’occupe de la cotisation dont le montant peut être soit à la hauteur soit à une fraction du Smic.

➡️ À lire aussi :   Quels conseils d’épargne donner à ses enfants/petits-enfants ?

S’inscrire à l’Assurance vieillesse des aidants ou AVA

Les parents qui sont en charges d’enfant en situation de handicap peuvent être obligés à diminuer ou même à arrêter complètement leur activité professionnelle. Évidemment, cette situation affecte sur le droit à la retraite puisqu’ils ne peuvent pas cotiser. Heureusement, ceux-ci peuvent compter sur l’Assurance vieillesse des aidants.

L’AVA permet aux bénéficiaires de constituer les droits à la pension même s’ils ne travaillent plus. Dans ce cas, les trimestres continuent à être considérés dans le calcul de la rémunération. Les cotisations sont donc prises en charge soit par la CAF soit par la MSA (Mutualité sociale agricole).

Le chômage indemnisé

Ce système permet aux personnes sans activité professionnelle d’accumuler les trimestres gratuits du régime de base de la retraite même sans avoir cotisé. En l’absence de paiement, les bénéficiaires continuent à valider des points pour la retraite complémentaire.

Dans ce cas, les calculs effectués prennent en compte le montant de la rémunération perçue avant la période d’inactivité. Ici, il n’y a pas de contribution à débourser, mais plutôt une participation dont le taux est de 3 % du salaire journalier de référence. Cette somme est donc déduite sur l’ARE.

Optimiser sa retraite avec l’assurance vieillesse volontaire

Afin de bénéficier d’une pension suffisante pour couvrir leur besoin une fois à la retraite, les individus sans emploi peuvent choisir le système de cotisation volontaire. Ce privilège est accordé uniquement à ceux qui sont exclus du régime obligatoire de retraite.

➡️ À lire aussi :   Découvrez à quel moment vous toucherez votre prime de départ en retraite

Ceci inclut entre autres les travailleurs indépendants expatriés, les personnes qui sont à l’étranger et qui veulent conserver leur droit à la retraite dans la métropole, etc.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.