Congé proche aidant

Congé de proche aidant : Voici les nouvelles conditions assouplies

Le congé de proche aidant, une disposition légale qui permet aux travailleurs de prendre un congé non rémunéré pour s’occuper d’un proche en situation de dépendance, a récemment subi des modifications importantes. Ces changements visent à rendre les conditions plus flexibles pour les aidants. Il est alors pertinent d’examiner ces nouvelles conditions et leur impact potentiel sur les aidants et les personnes aidées.

Élargissement des critères d’éligibilité

L’une des modifications les plus notables concerne l’élargissement des critères d’éligibilité. Auparavant, le congé de proche aidant était principalement accessible aux personnes dont les proches étaient en situation de « dépendance particulièrement grave ». Ce critère a été assoupli pour inclure les aidants dont les proches nécessitent une « aide régulière », sans que la situation ne soit nécessairement d’une gravité particulière.

Cette modification a pour objectif d’inclure un plus grand nombre d’aidants, rendant ainsi le congé plus accessible. Il est désormais possible de solliciter ce congé pour des raisons diverses, allant de la dépendance due à l’âge ou à une maladie chronique à des besoins d’assistance pour des activités quotidiennes.

Flexibilité dans la prise du congé

La manière dont le congé peut être pris a également été modifiée. Avant ces changements, les aidants devaient poser au minimum une journée entière pour ce type de congé. Désormais, il est possible de fractionner le congé en demi-journée.

➡️ À lire aussi :   Il faut se méfier de ces indicatifs téléphoniques, ce sont souvent des arnaques

Cette flexibilité est particulièrement utile pour les aidants qui doivent jongler entre leurs responsabilités professionnelles et personnelles. Cette flexibilité s’étend également au congé de présence parentale, destiné aux parents d’enfants gravement malades ou handicapés.

Le congé de proche aidant offre de multiples avantages. Il permet aux travailleurs de prendre du temps pour s’occuper de proches en situation de dépendance sans craindre de perdre leur emploi. Cette mesure légale facilite également l’équilibre entre les responsabilités professionnelles et les obligations familiales.

Conditions pour bénéficier du nouveau congé

Pour être éligible au congé de proche aidant assoupli, l’aidant doit avoir une ancienneté de deux ans dans son entreprise. De plus, la personne aidée doit résider en France de manière stable et régulière. Le degré de perte d’autonomie de la personne aidée sera également pris en compte, bien que les détails soient encore à préciser par décret.

Il est important de noter que bien que le congé de proche aidant ne soit pas rémunéré, il peut être indemnisé par une allocation journalière. Cette allocation est rarement sollicitée, ce qui soulève des questions sur la sensibilisation et l’information autour de ce dispositif.

À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Julien
Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.

Voir tous ses articles