Fiscalité

Comment réduire la charge fiscale liée à la plus-value immobilière lors de la vente de votre résidence secondaire ?

Comment réduire la charge fiscale liée à la plus-value immobilière lors de la vente de votre résidence secondaire

Il est tout à fait possible de générer une plus-value grâce à la vente de votre résidence secondaire. Sachez toutefois que celle-ci est imposable. Voici comment réduire cette charge fiscale sans tricher !

Réduire la charge fiscale liée à la vente de sa résidence secondaire, comment s’y prendre ?

En vue de dégager une plus-value immobilière, vous prévoyez de céder votre résidence secondaire. Pour mémoire, une exonération fiscale est possible exclusivement dans le cadre de la vente d’une résidence principale. Vous pouvez, bien entendu, réduire la charge fiscale applicable à la plus-value en adoptant la bonne stratégie.

Pour parvenir à cette fin, vous devez d’abord conserver votre résidence secondaire pendant plus de 5 ans. En tant que propriétaire, vous bénéficiez ainsi d’un abattement forfaitaire plus avantageux :

  • 6% d’impôt et 1,65% de prélèvements sociaux de la 6ème à la 21ème année de détention.
  • 4% d’impôt à compter de la 22ème année de détention.
  • 1,60% de prélèvements sociaux à partir de la 22ème année de détention.
  • 9% d’abattement de la 23ème à la 30ème année de détention.

Dans tous les cas, le taux d’imposition de votre plus-value sera nettement réduit. Si vous n’adoptez pas cette stratégie, elle risque d’être imposée à hauteur de 19% auxquels s’ajoutent 17,2% de prélèvements sociaux. Vous supportez au total un taux global d’imposition de 36,2%.

➡️ À lire aussi :   Prêt immobilier après 50 ans, quelles sont les banques qui financent les séniors ?

Dans l’éventualité où votre plus-value est supérieure à 50 000 € après abattement, une surtaxe progressive s’y applique automatiquement. D’autant que leurs taux évoluent par paliers pour atteindre 6% au-delà de 260 000 €. Le cas échéant, votre taux global d’imposition peut monter à 42,2%. D’où la nécessité de réduire au maximum le taux d’imposition de votre plus-value, générée par la vente de votre résidence secondaire.

Petit rappel sur les cas d’exonération fiscale de la plus-value immobilière

Vous pouvez bénéficier d’une exonération fiscale de la plus-value occasionnée par la vente de votre résidence secondaire. La Direction générale des finances publiques (DGFiP) précise : « le bien est exonéré d’impôt sur le revenu au terme d’un délai de détention de 22 ans, tandis qu’il est exonéré de prélèvements sociaux au terme d’un délai de détention de 30 ans ».

Il faudra donc conserver votre résidence secondaire pendant plus de 22 ans avant de le vendre pour supprimer la plus-value applicable. Cette durée de détention s’établit à 30 ans pour bénéficier d’une exonération de prélèvements sociaux en cas de vente.

En remplissant certaines conditions, le Fisc peut vous octroyer une exonération fiscale exceptionnelle sur la plus-value gagnée suite à la vente de votre résidence secondaire. Vous devez réemployer le prix de vente en vue d’acheter ou de construire votre résidence principale. Egalement, vous ne devez pas être propriétaire de votre résidence principale au cours des 4 dernières années. Dernière condition : l’acquisition ou la construction du bien dédié à cet usage doit intervenir dans un délai de 24 mois.

➡️ À lire aussi :   Rénovation d’un bien locatif : découvrez ses avantages fiscaux

Notons toutefois que vous ne pouvez bénéficier de cette exonération exceptionnelle qu’une seule fois.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.