Quels sont les avantages de la souscription à une assurance obsèques pour seniors ?

Comment prévoir un héritage sans conjoint ni enfant ?

Lorsque l’on souhaite prévoir la transmission de ses biens à sa disparition, il est important de se poser cette question. Qui seront les bénéficiaires de votre succession et comment allez-vous organiser le partage de vos biens ? Sans conjoint ni enfants, qui sera votre héritier ?

Les cas particuliers

Dans certains cas, il n’est pas possible de choisir un ou plusieurs héritiers :

  • Si vous êtes mariés mais que vous n’avez pas d’enfant, vous pouvez transmettre 60 % de votre patrimoine à votre conjoint. Le reste est géré par la loi : 40 % sont reversés aux parents du défunt, 10 % à chaque frère et/ou sœur, et 30 % à des cousins germains.
  • Si vous avez des enfants mais que votre conjoint est décédé, vos enfants hériteront de tous vos biens en parts égales, conformément à la loi sur la succession.
  • Si vous êtes divorcés, votre ex-conjoint ne pourra pas hériter à moins que cela ne soit expressément stipulé dans votre testament.

Toutefois, dans certains cas, vous pouvez choisir librement qui sera votre héritier. Il est donc conseillé de réfléchir à ce que vous souhaitez faire de votre patrimoine après votre décès et d’enregistrer vos volontés par écrit dans un testament olographe ou établi par un notaire.

Comment choisir son héritier ?

Lorsque l’on souhaite désigner un héritier sans avoir de famille proche, il est important de réfléchir aux causes qui vous tiennent à cœur et à celles que vous souhaitez soutenir après votre disparition. Vous pouvez alors choisir une personne, une organisation à but non lucratif ou encore un organisme caritatif comme bénéficiaire principal de votre succession.

➡️ À lire aussi :   Succession : ces méthodes pour transmettre en douceur son patrimoine immobilier

Choisir une personne

Si vous choisissez une personne, il est important de bien la connaître et de prévoir les conséquences de votre choix afin de ne pas provoquer de conflits entre elle et le reste de votre famille. Vous pouvez également créer un trust familial ou un fonds de dotation afin de protéger votre patrimoine et de veiller à ce qu’il soit utilisé comme vous l’avez prévu.

Choisir une organisation à but non lucratif

Vous pouvez choisir une organisation à but non lucratif pour soutenir une cause qui vous tient à cœur. Vous pouvez par exemple soutenir une organisation qui œuvre pour la protection de l’environnement, la lutte contre la faim ou encore la recherche scientifique.

Choisir un organisme caritatif

En choisissant un organisme caritatif, vous permettrez à celui-ci de continuer à mener des actions sociales et humanitaires après votre décès. Vous pouvez soutenir des ONG locales ou internationales, des associations qui luttent contre la discrimination, des fondations qui accompagnent les personnes en difficulté ou encore des organisations qui œuvrent pour la protection des animaux.

Quels autres bénéficiaires peut-on désigner ?

Outre un héritier principal, il est possible de désigner des bénéficiaires supplémentaires. Il est possible de désigner des amis, des associations caritatives ou encore des universités à qui vous souhaitez offrir un legs.

➡️ À lire aussi :   Conseils dédiés aux séniors : comment prévoir votre succession ?

Des amis

Vous pouvez désigner des amis à qui vous souhaitez laisser des souvenirs personnels ou un legs spécifique. Ces dons peuvent prendre différentes formes : argent, objets de collection, meubles, tableaux…

Des associations caritatives

En désignant une association caritative comme bénéficiaire de votre succession, vous aiderez celle-ci à poursuivre ses actions sociales et humanitaires après votre décès. Vous pouvez également créer un fonds de dotations pour soutenir des projets spécifiques ou financer des programmes de formation et de recherche.

Des universités

Vous pouvez également désigner une université comme bénéficiaire de votre succession. Les universités et grandes écoles sont très demandeuses de dons et de legs qui permettront de financer des bourses, des subventions pour des projets de recherche, des infrastructures sportives, etc.

Il est important de bien réfléchir à son testament et à la façon dont on souhaite gérer et transmettre son patrimoine après son décès. Sans conjoint ni enfant, il est possible de choisir un ou plusieurs héritiers qui pourront bénéficier de votre patrimoine. Vous pouvez choisir une personne, une organisation à but non lucratif ou un organisme caritatif. Vous pouvez également désigner d’autres bénéficiaires tels que des amis, des associations caritatives ou des universités.

À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Julien
Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.

Voir tous ses articles