Retraite

Comment maximiser le montant de l’AAH pour les séniors : 3 conditions clés

Comment maximiser le montant de l'AAH pour les séniors 3 conditions clés

L’AAH est une subvention versée par les caisses d’allocation familiale, soit par la MSA soit par la CAF. Ce dispositif consiste à offrir un revenu minimal à toutes les personnes qui sont en situation de handicap. Il s’agit d’un système d’accompagnement aux individus vulnérables afin qu’ils puissent subvenir à leur besoin, malgré leur situation.

Changement des règles d’octroi

Cette subvention destinée aux personnes en situation de handicap n’est pas réservée uniquement aux travailleurs. L’AAH profite également aux retraités. Par ailleurs, il y a de nouveaux changements au sujet des conditions d’attribution de cette aide.

En effet, le décret n° 2022-1964 a mis fin à la prise en compte des revenus du conjoint au moment de calculer le montant de cette prestation. Cette mesure vise tout simplement à « déconjugaliser » l’AAH si ceci peut profiter à son bénéficiaire.

Cumul de l’AAH avec d’autres aides

Afin de maximiser le montant de cette aide, il convient d’envisager la possibilité de la cumuler avec d’autres subventions. Cela dit, l’AAH peut être associée avec des dispositifs comme la réduction sociale téléphonique, la majoration pour la vie autonome ou encore la prime d’activité.

Cependant, l’AAH ne peut pas être combinée avec l’ASS ou l’allocation de solidarité spécifique. Par ailleurs, lorsque les bénéficiaires touchent d’autres subventions, notamment le RSA ou la pension d’invalidité, le montant de l’AAH sera automatiquement réduit.

➡️ À lire aussi :   Préservez vos droits de retraite Agirc-Arrco : la démarche essentielle à ne pas négliger

Augmentation du montant de l’AAH

La revalorisation de l’AAH devrait également permettre de rehausser son montant pour que les bénéficiaires puissent profiter d’un revenu plus confortable. Ainsi, pour un individu vivant seul, la subvention est aujourd’hui de 971,37 euros alors qu’elle était à 956,65 euros auparavant.

Afin d’être éligible à ce dispositif, il faut répondre au niveau de taux d’incapacité permanente qui doit au moins être à 80 %. Quoi qu’il en soit, les profils ayant un taux entre 50 à 79 % qui n’arrivent pas à trouver un emploi à cause de leur handicap peuvent également être éligibles à cette subvention.

Les facteurs pris en compte pour calculer l’AAH

Il existe plusieurs critères à considérer pour définir le montant de cette allocation. D’abord, il y a le taux d’incapacité permanente, celui-ci doit être au moins à 80 %. Cependant, les personnes en situation de handicap avec un taux entre 50 à 79 % peuvent aussi en profiter s’ils ont des difficultés à trouver un travail en raison de leur état.

Ensuite, la situation familiale du bénéficiaire est également prise en compte (compagnon, individus à charge, etc.). Enfin, les revenus du ménage sont aussi considérés, ils ne doivent pas dépasser un certain seuil.

Qu’en est-il de l’AAH à partir de la retraite

C’est le taux d’incapacité du bénéficiaire qui permet de définir le versement de l’allocation à la retraite. Ainsi, lorsque ce rapport est d’au moins 80 %, l’AAH est offerte en complément de la pension et sous une forme réduite quand le montant de cette dernière est inférieur à celui de l’AAH.

➡️ À lire aussi :   Ce qui change pour la pension de réversion avec la nouvelle réforme des retraites

Concernant les attributaires dont l’incapacité est entre 50 à 79 %, l’octroi de la subvention s’arrête dès que l’âge légal pour partir à la retraite est atteint.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.