Finance & Patrimoine

Comment les SCPI peuvent booster vos revenus si votre taux d’imposition est faible ?

De plus en plus populaires, les SCPI font partie des placements immobiliers les plus répandus en France. Elles forment une grande famille sous la bannière de la pierre-papier. Celle-ci comporte plusieurs avantages moyennant quelques risques. Justement, voici comment les SCPI boostent vos revenus si votre taux d’imposition est faible.

Le fonctionnement de la SCPI n’est pas sorcier !

Les sociétés civiles de placement immobilier sont toujours accessibles à tous. Bien que les rendements ne soient pas garantis, ils constituent une bonne source de compléments de revenus. Une SCPI fonctionne un peu comme une SCI.A la différence, certaines d’entre elles offrent des avantages fiscaux intéressants.

C’est notamment le cas des SCPI fiscales ou d’habitation positionnées sur l’immobilier résidentiel. Bien évidemment, les investisseurs préférèrent investir dans les SCPI de rendement. Investies sur l’immobilier d’entreprise, les SCPI de rendement proposent de bien meilleurs taux de distribution.

Leur performance avoisine les 5%, voire plus. Afin de générer des revenus régulièrement, une SCPI procède à des acquisitions stratégiques. Elles portent sur différentes typologies d’actifs : bureaux, commerces, entrepôts, cliniques et autres locaux d’activité.

Pour accéder au marché de la pierre-papier via la SCPI, prévoyez un budget compris entre 150 et 1 000 €. La première étape consiste tout simplement à acheter quelques parts de SCPI de votre choix. C’est ainsi que les fonds sont collectés.

➡️ À lire aussi :   Loi de Finances 2024 : les changements majeurs pour les agriculteurs

Ils sont ensuite réutilisés pour investir dans de nouveaux actifs immobiliers potentiellement générateurs de revenus. Les éventuels loyers encaissés sur chaque trimestre sont convertis en dividende. Leurs montants varient en fonction du nombre de parts détenues.

La façon la plus rapide d’acheter des parts de SCPI, c’est de se rapprocher d’un CGP (conseiller en gestion de patrimoine). Il y en a pas mal chez Portail-SCPI.fr, la plateforme 100% française dédiée à la pierre-papier.

Des avantages fiscaux à la clé, selon la durée de détention des parts

Notons que les dividendes issus d’une SCPI font partie des revenus fonciers à déclarer chaque année. Ils n’échappent pas au barème progressif de l’impôt sur le revenu ainsi qu’aux prélèvements sociaux. Grâce à la revente de vos parts de SCPI, vous pouvez dégager des plus-values.

Peu importe leur montant, elles sont soumises à l’IR (19%) ainsi qu’aux prélèvements sociaux (17,2%), soit une imposition totale de 36,2%.

Afin d’alléger la charge fiscale de votre investissement en SCPI, conservez vos parts pendant au moins 10 ans. Il s’agit en l’occurrence d’un placement à long terme. Au bout de 5 ans de détention, vous bénéficiez d’un abattement fiscal de 6%.

 

Les éventuelles plus-values sont mécaniquement exonérées d’impôt au bout de la 22ème année de détention. En contrepartie, l’administration fiscale y applique 9% de prélèvements sociaux. C’est seulement après 30 ans que cette exonération fiscale devient totale.

➡️ À lire aussi :   Particuliers et employés à domicile : le gouvernement envisage des changements

Bien évidemment, la SCPI entre automatiquement dans l’’assiette taxable de l’IFI (impôt sur la fortune immobilière).

Dans le cadre d’une succession, les parts détenues par la personne décédée sont réparties équitablement entre les héritiers. Elles sont soumises d’office aux droits de succession. Les nouveaux associés peuvent ensuite choisir de vendre ou de conserver leurs parts respectives.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.