Maison / Jardin

Comment choisir son monte-escalier ? Tous les critères

Monte escalier - image
Julien Delarche
Proposé par Julien Delarche

L’installation d’un monte escalier répond aux besoins du sénior qui commence ou éprouve déjà des difficultés à monter l’escalier. Il faut savoir que la baisse de la masse musculaire qui survient à partir de 50 ans rend de plus en plus difficile ce genre d’exercice pourtant si anodin étant plus jeune. Le monte-escalier à installer doit répondre à certains critères pour qu’il remplisse convenablement son rôle, celui d’améliorer la mobilité du sénior.

Le degré de mobilité, l’agencement de la maison et le niveau de sécurité

Le premier critère de choix d’un monte escalier est son adaptabilité par rapport au niveau de mobilité du sénior. Par conséquent, le dispositif doit être le plus fonctionnel possible pour ce dernier. Avant de choisir un monte-escalier, il est indispensable d’évaluer la capacité de la personne à utiliser ses membres inférieurs et supérieurs, son poids ainsi que son sens de l’équilibre. Le confort ne doit pas être laissé en reste. Le choix entre un fauteuil montant classique ou une plateforme sera fait à la suite de cette évaluation.

Monte escalier - imagePar ailleurs, étant donné que le monte-escalier va quand même occuper de l’espace le long de l’escalier, il convient de considérer les éventuelles contraintes techniques sur son installation, notamment la largeur de l’escalier lui-même, la distance entre la rampe et le mur qui va recevoir le rail du monte-escalier. Si l’espace est trop exigu, il est par exemple possible d’opter pour un monte-escalier à parking bas équipé d’un prolongement de rail qui permet de « stationner » le siège à 90 ou 180 ° par rapport à la dernière marche.

Enfin, il faut savoir que le monte escalier doit répondre à plusieurs critères de sécurité auxquels il faut être attentif au moment du choix. Le dispositif étant réservé à des personnes à mobilité réduite ou en situation de dépendance, il devra effectivement répondre à certaines conditions de sécurité. Ainsi, un bon monte escalier doit présenter au moins les dispositifs de sécurité suivants : un détecteur de charge sur le siège, un bouton d’appel pour le faire déplacer du haut en bas et vice versa, un système d’arrêt d’urgence en cas de dysfonctionnement, une fonction de limitation de vitesse, une ceinture de sécurité, un siège pivotant pour faciliter le mouvement de la personne assise dessus et un système de verrouillage qui évite que d’autres personnes, notamment les enfants, n’utilisent le monte escalier.

Quelques critères à considérer au moment de l’achat du monte escalier

Même si le choix du monte-escalier à installer est fait, compte tenu des critères énoncés précédemment, il est indispensable de considérer d’autres points au moment de son achat au magasin. Ainsi, il faut penser à vérifier la durée de la garantie du monte escalier. En général, le fabricant accorde une garantie principale de deux ans contre tout défaut de fabrication. Mais certaines marques peuvent accorder une option de garantie étendue de 10 ans qui inclut, entre autres, la visite d’entretien annuelle, indispensable pour contrôler le bon état de fonctionnement du monte-escalier.

Par ailleurs, il arrive souvent que l’on ne soit pas satisfait convenablement du dispositif installé après l’avoir testé. Dans ce cas, il est conseillé de vérifier à l’achat si le fabricant propose une option de remboursement en cas d’insatisfaction. En général, une marque accorde une durée d’utilisation de 45 jours pendant lesquels il est possible de faire retourner le monte escalier s’il n’est pas satisfaisant.

Il ne faut pas de même oublier de vérifier le niveau de qualité du service après-vente proposé par le fabricant, de même que le coût de la livraison qui peut, éventuellement, faire augmenter d’une manière considérable le cout total du dispositif.

A propos de l'auteur

Julien Delarche

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.