Vous pourrez bénéficier d’une clause de sauvegarde si vous êtes né entre le 1ᵉʳ septembre 1961 et le 31 décembre 1963, et donc âgé entre 60 et 62 ans. Vous devez également commencer les activités professionnelles entre 18 ans et 20 ans. Il est, de ce fait, nécessaire que vous ayez 5 trimestres validés avant 18 ans. Si vous êtes natif entre le 1er octobre et le 31 décembre, le nombre est réduit à 4.

Comment bénéficier de la clause de sauvegarde pour une retraite anticipée en 2024 ?

La clause de sauvegarde a été mise en place pour permettre aux séniors de prendre la retraite anticipée.

Mais, pour bénéficier de ce dispositif en 2024, il faudra répondre à certaines conditions. Focus !

Clause de sauvegarde pour une retraite anticipée : comment y être éligible ?

Vous pourrez bénéficier d’une clause de sauvegarde si vous êtes né entre le 1ᵉʳ septembre 1961 et le 31 décembre 1963, et donc âgé entre 60 et 62 ans. Vous devez également commencer les activités professionnelles entre 18 ans et 20 ans. Il est, de ce fait, nécessaire que vous ayez 5 trimestres validés avant 18 ans. Si vous êtes natif entre le 1er octobre et le 31 décembre, le nombre est réduit à 4.

Ensuite, il faut avoir validé 168 trimestres au minimum avant le 1er septembre 2023. Cela inclut aussi les trimestres assimilés tels que les congés de maternité, le service militaire ou encore l’arrêt maladie.

Il est important de souligner que si vous avez choisi de partir dès le mois de septembre 2023, vous bénéficiez d’une proratisation sans décote. Cela s’applique si vous avez 168 trimestres validés. Mais si vous décidez de continuer à travailler en revanche, le montant de votre pension augmentera en conséquence.

Les démarches à suivre pour obtenir la clause de sauvegarde

Si vous souhaitez prendre une retraite anticipée en 2024 et profiter de la clause de sauvegarde, il suffit de vous adresser à la caisse CARSAT. Pour ce faire, il suffit d’envoyer un courrier manuscrit ou une demande express avant de commencer les démarches. N’hésitez pas à vous rapprocher de votre caisse de retraite si vous avez du mal à rédiger le courrier.

➡️ À lire aussi :   Vers une solution pour les séniors hors emploi : le temps partiel aménagé proposé par le gouvernement

Il convient de souligner que les travailleurs en situation de handicap ou à mobilité réduite et donc le taux de capacité minimum est de 50%, ont droit à la retraite anticipée. Il faudra toutefois apporter les documents nécessaires qui justifient vos trimestres cotisés et validés.

Qu’en est-il des accidents de travail ou des métiers à risques ?

Certains seniors choisissent d’arrêter définitivement de travailler à cause d’une maladie grave ou suite à un accident. Si vous en faites partie, vous pouvez réclamer une retraite pour incapacité permanente. Les conditions dépendent entièrement de votre cas et de votre âge. Renseignez-vous bien auprès des professionnels compétents.

Chaque salarié est unique. Certains sont par exemple plus exposés à des facteurs de risque d’ordre professionnel que d’autres. Si tel est votre cas, vous avez la possibilité de demander de partir à la retraite un peu plus tôt que prévu. Mais pour ce faire, il faudra vous servir de votre compte professionnel de prévention. Celui-ci est créé automatiquement lorsque votre employeur déclare vos conditions de travail.

À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Julien
Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.

Voir tous ses articles