Investissement & Epargne

Cette différence entre le PER assurantiel et le PER bancaire à comprendre avant d’épargner

Cette différence entre le PER assurantiel et le PER bancaire à comprendre avant d'épargner

Pour limiter les risques, il est important de connaître le type de placement dans lequel vous allez investir votre argent. Le PER ou le plan d’épargne retraite a vu le jour le 1er octobre 2019. Ce dispositif se décline en deux types : le PER assurantiel et le PER bancaire. Pour faciliter votre choix, nous avons écrit cet article dans lequel vous découvrirez les différences clés entre ces deux produits et leurs points communs.

PER assurantiel et PER bancaire : les points communs

Que vous investissiez dans le PER assurance ou le PER bancaire, l’argent cumulé reste bloqué jusqu’à votre départ à la retraite. Un déblocage anticipé peut être réalisé lors de l’acquisition d’une résidence principale, par exemple. Ensuite, les versements sont déductibles du revenu imposable.

Cela a pour principal objectif de réduire votre impôt sur le revenu. Mieux encore ! Vous pourrez bénéficier d’une fiscalité avantageuse, notamment à la sortie de votre plan d’épargne retraite.

PER assurantiel et PER bancaire : les différents points qui feront pencher la balance

Le fonctionnement

La gestion de ces deux produits est le premier point qui les différencie. La gestion du PER Assurance est entre les mains des compagnies d’assurance. Ce produit garantit la sécurité des épargnes grâce à son fonds euros. Concrètement, les possibilités d’investissement sont limitées.

➡️ À lire aussi :   Épargnant, achetez un logement dans cinq ans à l’aide du PEL ou PEE

En revanche, le PER bancaire est géré par les établissements bancaires comme les banques en ligne ou les banques traditionnelles. Contrairement à son confrère, il offre une liberté d’investissement à son détenteur.

En clair, vous avez un large choix entre les produits financiers proposés à savoir les obligations, les actions et les placements. Ce type de placement est surtout adapté pour les investisseurs expérimentés.

 

La gestion des frais et les régimes fiscaux

Pour le PER bancaire, la gestion des frais est, de manière générale, négociable auprès de la banque. Pour le PER assurantiel, cependant, les frais sont plus conséquents, mais peuvent varier d’un contrat à l’autre. Cela inclut par exemple les frais de retrait, les frais d’arbitrage, les frais administratifs ….

Si vous souhaitez épargner dans le PER Assurance, seuls le capital accumulé et les intérêts associés seront exempts d’impôt au moment de la liquidation. Les conditions ? Vous devez respecter l’âge et le délai de retrait imposés. Pour le PER bancaire, tout au long de l’année de souscription, l’épargnant bénéficie d’une réduction d’impôt sur le revenu. Le montant versé dans le cas d’une indemnité de départ, quant à lui, sera sujet à l’impôt sur le revenu.

En termes de succession, les titulaires d’un PER assurance remportent l’avantage. En cas de décès avant 70 ans, la liberté de choix des bénéficiaires mène à une réduction des droits de succession à 152 500 €. La situation est plus compliquée pour le PER qui intègre les sommes épargnées dans la succession.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.