Cumul emploi - retraite

Avez-vous le droit de cumuler emploi et retraite avec la nouvelle réforme ?

La nouvelle réforme de la retraite est entrée en vigueur le 1er septembre 2023. Et, elle apporte quelques changements qui nécessitent une attention particulière. Citons notamment le cumul emploi-retraite, un sujet chaud actuellement. Voici tout ce qu’il faut en retenir !

Concrètement, la nouvelle réforme autorise le cumul emploi-retraite

Non, ce n’est plus un rêve, vous pouvez cumuler votre retraite avec un emploi. En principe, vous percevez deux pensions tout en retravaillant. C’est l’un des principaux avantages de la dernière réforme.

Le dispositif de cumul emploi-retraite s’adresse aux personnes souhaitant travailler après la retraite. Elles pourront ainsi améliorer progressivement leur pension de retraite. C’est une option séduisante surtout pour les TNS (travailleurs non salariés). Même les entrepreneurs retraités peuvent y adhérer.

En remplissant les conditions, la nouvelle réforme vous autorise à acquérir de nouveaux droits. Bien entendu, vous ne pouvez pas faire valoir vos droits plus de deux fois. Vous bénéficiez d’une seconde pension dont le montant (brut annuel) doit rester inférieur ou égal à 5% du plafond de la Sécurité sociale. Le montant annuel de cette deuxième pension pourrait atteindre les 2 199 € au maximum.

Le cumul emploi-retraite est soumis à un certain nombre de conditions. Pour en bénéficier, vous devez :

  • Atteindre l’âge légal de départ à la retraite.
  • Liquider la totalité de vos pensions de retraite de base et complémentaires.
  • Atteindre l’âge du taux plein (67 ans) ou justifier d’une carrière professionnelle complète.
➡️ À lire aussi :   Faut-il accepter une préretraite ? Est-ce une bonne idée pour votre future pension retraite ?

Pour jouir de cette deuxième retraite, vous devez liquider vos droits à taux plein. Vous bénéficiez ainsi d’un cumul emploi-retraite intégral ou libéralisé. Il n’y a plus de limite de revenus à respecter. Vous n’êtes plus contraint à renoncer à une part de votre pension de retraite.

D’autres points à retenir sur le cumul emploi-retraite

Le dispositif cumul emploi-retraite peut être intégral ou plafonné. Il s’avère être plus avantageux s’il est libéralisé, car il n’y a plus de contrôle de revenus. Le cumul devient automatiquement plafonné si le cumul intervient avant la liquidation de votre retraite à taux plein.

Les artisans et les commerçants, par exemple, pourront générer de nouveaux revenus qui n’excèdent pas la moitié du plafond de la Sécurité sociale. Dans le cadre d’une profession libérale, votre revenu doit rester en deçà du plafond de la Sécurité sociale.

Même un chef d’entreprise ayant un statut de salarié peut bénéficier du cumul emploi-retraite. C’est notamment le cas si le salaire additionné au montant de la pension n’excède pas le dernier salaire.

Notons que la liquidation d’une deuxième retraite est impossible en cumul emploi-retraite plafonné. Idem pour les activités exercées après 67 ans.

La méthode de calcul de la seconde pension de retraite n’est pas du tout complexe. Il suffit de prendre en compte les périodes cotisées au titre de votre activité professionnelle à partir du 1er janvier 2023. Retenez que son montant doit rester inférieur ou égal à 5 % du montant du plafond annuel de la sécurité sociale, soit 2 199,60 €/an pour l’année 2023.

➡️ À lire aussi :   Rachat de trimestres de retraite : bonne ou mauvaise idée ?
À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Julien
Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.

Voir tous ses articles