Assurance / Mutuelle

Assurance, mutuelles, convention ou contrat obsèques : faut-il souscrire ?

contrat obsèques- image
Julien Delarche
Proposé par Julien Delarche

Lorsqu’une personne décède, ses funérailles représentent toujours un des moments les plus difficiles pour ses proches. Malgré la disparition et le chagrin toutefois, il est plus qu’important de respecter les derniers vœux du défunt. Dans ce sens, il arrive que les pré-recommandations soient financièrement difficiles à supporter pour la famille. Les obsèques commencent ainsi à prendre une autre tournure. La souscription d’un contrat obsèques serait-elle alors utile ou non ?

Demandez votre devis Mutuelle santé gratuitement en ligne en remplissant les champs suivants

Le respect des dernières volontés à la lettre

Pour la famille d’un défunt, il est toujours important d’honorer les derniers vœux de cet être cher disparu. Pour pouvoir le faire en bonne et due forme, il arrive qu’on ait recours à la souscription d’un contrat obsèques comme solution adéquate. Étant donné qu’un contrat obsèques et un contrat décès peuvent présenter des apparences similaires, ils n’ont cependant pas les mêmes caractéristiques ni finalités. Si le premier sert à payer à l’avance les frais d’enterrement avec toutes ses formalités, le second a pour objectif la protection financière de la famille au moment de la disparition brusque d’un proche.

Une assurance pour le défunt et ses proches

Le contrat obsèques représente, entre autres, une manière efficace d’alléger les dépenses de la famille du défunt. Dans ce sens, les funérailles pourront se dérouler comme l’avait prévu la personne décédée, et cela, sans que la famille n’ait eu de choix difficile à faire. En optant pour cette solution qui constitue un moyen intelligent de faire face aux éventualités, on est le plus souvent confronté à un choix, notamment entre les deux types de contrats obsèques.

Complémentaire santé pour senior - image

Planifier ses obsèques ou transmettre une somme à ses proches

Il y a d’abord celui dont la plupart des souscripteurs choisis, le contrat en capital, qui permet à l’assuré de prévoir les dépenses liées à ses funérailles. Dans ce cas, il est amené à préparer les besoins financiers de ses obsèques en bloquant une somme destinée à cet effet. D’autre part, il est possible de sélectionner le deuxième type de contrat obsèques dit « en prestation ». Il permet à son tour à une personne de déterminer à l’avance ses exigences concernant la qualité des prestations funéraires.

Le mode de cotisation

Au moment de souscrire à l’un de ces contrats, l’assurance pourra ainsi réaliser le règlement selon trois possibilités de financement. Lorsqu’on dispose des moyens nécessaires, il est possible de verser une prime unique permettant de s’acquitter en une seule fois les services funéraires. Autrement, une personne peut également faire une cotisation viagère qui revient au versement d’une somme due mensuellement jusqu’au décès. Le troisième type de financement consiste, quant à lui, au paiement mensuel d’une cotisation étalée sur un nombre d’années déterminé à l’avance en fonction de l’âge de l’assuré et de ses capacités d’épargne par mois. Au cas où le montant du capital et des intérêts produits excède le coût des frais d’obsèques, la différence reviendra aux héritiers.

L’âge idéal pour la souscription d’un contrat obsèques

Il est nécessaire de préciser que l’âge importe beaucoup au moment de souscrire. Étant donné la faiblesse de la revalorisation du capital placé, il vaut mieux éviter de le faire trop jeune pour que le taux d’accroissement du capital soit conséquent.

Pour être plus précis, une tranche d’âge bien précise correspond à chaque type de financement. La première solution de paiement sera donc idéale pour les assurés de plus de 70 à 75 ans. Il faut toutefois savoir que l’âge maximal pour souscrire est de 85 ans. En choisissant la prime viagère, il serait également mieux d’avoir cette tranche d’âge, le cumul des cotisations excédant parfois le capital souscrit. En payant une prime temporaire, il convient d’être une personne âgée entre 45 et 70 ans puisque ce versement est de temps en temps prolongé sur une durée de 5 à 20 ans.

A propos de l'auteur

Julien Delarche

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.