Assurance de garantie de loyers à quel point les revenus du locataire sont-ils analysés

Assurance de garantie de loyers : à quel point les revenus du locataire sont-ils analysés ?

Dans un contexte immobilier encore difficile, les offres de location se font plus rares, et les loyers tendent même à augmenter. Comme conséquence, le nombre des loyers impayés est aussi à la hausse ! Pour s’en protéger, beaucoup de propriétaires préfèrent contracter une assurance qui paiera les loyers impayés à la place du locataire. Mais attention, les conditions de solvabilité sont strictes.

L’assurance de garantie de loyers expliqué

Cette assurance est souscrite par les propriétaires bailleurs pour leur protéger contre les défauts de paiement de loyer ou les détériorations immobilières. Elle leur accorde également une certaine protection juridique pour les contentieux ou éventuels litiges avec le locataire.

En cas de loyer impayé donc, c’est l’assureur qui indemnise le propriétaire selon les conditions discutées lors de la souscription.

Les revenus du locataire épluchés

Pour définir le montant à payer, l’assurance fonctionne toujours de la même manière. C’est-à-dire qu’il évalue les services fournis et le risque encouru d’abord. Si certains assureurs se basent sur le montant du loyer, d’autres vont plus loin en exigeant un dossier plus détaillé. En effet, le locataire doit exercer un emploi stable en CDI, disposer d’un ratio/loyer défini par l’assureur, et même fournir ces fiches de paie ou un avis d’imposition pour les travailleurs indépendants.

➡️ À lire aussi :   En tant que jeune conducteur, choisissez correctement votre assurance auto selon ces critères

Si le locataire est retraité, il devra présenter son avis d’imposition ou ses derniers bulletins de retraite. Et pour le cas d’un étudiant, ce sont les revenus du garant qui seront pris en compte. À noter que les assureurs demandent généralement à ce que les revenus du locataire soient 2,5 ou 3 fois supérieurs au prix du loyer.

Éventuellement, certains assureurs tiennent également compte des pensions et allocations, dont le locataire bénéfice. D’autres seront plus exigeants et n’accepteront que les revenus sous forme de rente, et validés par jugement. Dans tous les cas, le choix de refus de l’assureur n’est pas toujours communiqué.

Locataire non solvable : comment sécuriser ses revenus ?

Bien que l’assurance est le moyen le plus sûr pour se protéger des loyers impayés, il existe d’autres alternatives si le dossier du locataire n’est pas solvable.

Visale

Ce dispositif de cautionnement est aussi bien gratuit pour le propriétaire que pour le locataire. Il est financé par Action Logement et couvre durant le bail, une limite de 36 mensualités non payées.

La caution-personne physique

Le propriétaire peut également exiger une caution solidaire à son solidaire. Dans ce sens, un tiers devra se porter garant pour payer les loyers que le locataire n’aura pas pu payer.

➡️ À lire aussi :   À 75 ans, que faire de votre assurance vie ? Découvrez les choix qui s'offrent à vous !

Attention, il faut savoir qu’il est interdit par la loi de souscrire une garantie de paiement de loyer, et de demander une caution en locataire en parallèle. Bien que cette solution fonctionne dans la majorité des cas, elle rencontre des failles dès lors que le garant part à l’étranger, change d’adresse ou décède.

Assurance souscrite par le locataire

Si les solutions précédentes ne vous tentent pas, il est aussi possible de proposer à son locataire de souscrire à une assurance. Celle-ci se porte ainsi garant à sa place, en échange d’une cotisation mensuelle calculée sur le pourcentage du loyer.

À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Julien
Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.

Voir tous ses articles