Finance & Patrimoine

À quel âge peut-on encore ouvrir une assurance vie ?

À quel âge peut-on encore ouvrir une assurance vie

L’assurance vie est l’un des placements les plus prisés des épargnants. Effectivement, elle convient à tous les objectifs. Que vous désiriez bien préparer votre retraite ou financer un projet à court ou moyen terme. Elle séduit aussi par sa fiscalité allégée. Mais, quel est l’âge maximal pour ouvrir une assurance vie ?

Gros plan sur le fonctionnement de l’assurance vie

L’assurance vie est plébiscitée des Français, notamment par sa flexibilité. Après l’ouverture du contrat, l’épargnant commence un premier versement. Ensuite, il peut l’alimenter selon son rythme.
Vous avez la possibilité d’ouvrir ce type de placement à tout âge.

À l’évidence, un enfant mineur peut y souscrire. Il faudra bien évidemment des représentants légaux pour la signature des contrats pour les moins de 12 ans. Concernant le versement, il sera assuré par un tiers. Il s’agit de l’un des moyens les plus efficaces pour constituer le capital des plus petits et lui permettre à l’avenir de financer ses études, par exemple.

Avant l’âge de 30 ans, l’assurance vie vous aidera non seulement à vous constituer des épargnes, mais aussi à profiter de nombreux avantages fiscaux.

Quels sont les avantages d’ouvrir une assurance vie avant et après ses 70 ans ?

Si vous souhaitez transmettre votre capital à vos héritiers, il est conseillé de souscrire une assurance vie avant vos 70 ans. Effectivement, dans le cadre du décès du titulaire, les versements réalisés avant cet âge profiteront d’un abattement de 152 500 € par bénéficiaire. Mais pas seulement ! Les sommes échappent au droit de succession puisqu’elles ne font pas partie de l’actif successoral.

➡️ À lire aussi :   Les contrats d'assurance-vie les plus souscrits sont loin d'être les meilleurs ! Pouvez-vous changer ?

Un autre schéma se présente pour les primes versées après l’âge de 70 ans. Contrairement au précédent, celles-ci sont soumises aux droits de succession de droit commun. Néanmoins, un abattement global de 30 500 € est appliqué une seule fois avant les calculs de droit. Et ce, peu importe le nombre de contrats souscrits ou de bénéficiaires.

En revanche, la part du capital destiné aux bénéficiaires et qui représente des intérêts cumulés ainsi que des plus-values jouit d’une exonération totale des droits de succession.

Il existe une stratégie efficace pour favoriser la transmission du patrimoine aux héritiers via un placement comme l’assurance vie. Pour ce faire, vous avez la possibilité de souscrire un second contrat et de l’alimenter pour faire fructifier votre épargne. Mieux vaut privilégier la mise en place des primes sur des supports à haut rendement.

Ensuite, veillez à bien choisir les bénéficiaires de votre contrat. Pour les contrats alimentés avant 70 ans, misez sur un membre de famille plus éloigné, car le droit de succession est moins important. Pour le second contrat, vous pouvez choisir votre conjoint qui sera exonéré totalement de droits.

L'Echo des Séniors est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Julien

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.