400 000 chômeurs séniors vont voir leur allocation Pôle Emploi baisser au 1er janvier

400 000 chômeurs séniors vont voir leur allocation Pôle Emploi baisser au 1er janvier

Face à la hausse du taux de chômage sur le territoire qui est passé à 7,4 % pendant le troisième trimestre de cette année, le gouvernement a fait savoir son intention de mettre en place des mesures pour atteindre le plein emploi. Les nouvelles règlementations risquent de pénaliser les demandeurs d’emploi séniors.

Les demandeurs d’emploi de nouveau ciblés

Les droits des demandeurs d’emploi sont encore menacés. Le gouvernement prévoit justement d’autres mesures. Notamment, la réforme des règles d’assurance chômage. La durée d’indemnisation des nouveaux inscrits subit la réduction d’un quart.

Ce n’est pas fini, puisque le ministre du Travail ne compte pas s’arrêter là, car une baisse des droits des chômeurs est également prévue. Actuellement, les plus de 55 ans reçoivent un revenu pendant plus de 2 ans, c’est-à-dire 27 mois au lieu de 22 mois pour les profils entre 53 à 54 ans. Pour les plus jeunes, c’est 18 mois.

L’un des objectifs de l’État, c’est d’encourager les entreprises à optimiser l’employabilité des séniors. Cette baisse d’allocation devrait donc concernant environ 400 000 chômeurs âgés de 55 ans et plus.

Indemnisation de chômage, une nouvelle règle pour 2024

Les syndicats et les patronats ont décidé au mois de novembre de mettre en place de nouvelles règles qui régissent l’assurance chômage pour 2024. Si ces organismes ont trouvé un accord, celui-ci n’a pas encore obtenu la validation de l’exécutif jusqu’à maintenant. Si le gouvernement ne prend pas de décision, c’est parce qu’il attend la future négociation entre les partenaires sociaux concernant l’emploi des séniors.

➡️ À lire aussi :   Cumul emploi-retraite 2024 : Qui sera impacté par le nouveau dispositif ?

Justement, les organisations patronales et syndicales devraient s’entendre sur les mesures à adopter au sujet de l’indemnisation de chômage. Rappelons que l’objectif, c’est d’économiser 440 millions d’euros entre 2024 à 2027. Cela dit, le gouvernement prévoit d’élargir en l’état les règlementations en vigueur concernant l’assurance chômage au plus tard jusqu’au 30 juin 2024.

Finalement, les organismes concernés se sont mis d’accord sur l’adoption d’un nouveau calcul des subventions. Il s’agit de lisser le nombre de jours rémunérés tous les mois, le calcul sera basé sur les 30 allocations journalières. Ainsi, il y aura environ 5 à 6 indemnités journalières perdues pour les demandeurs d’emploi séniors.

Contrôles des chômeurs renforcés

Le ministre du Travail Olivier Dussopt a fait savoir son désir de renforcer le nombre de contrôles. Actuellement, on compte jusqu’à 500 000 chaque année. Ce chiffre devrait doubler l’année prochaine. L’objectif principal de cette mesure, c’est de se concentrer davantage sur les sans-emplois qui viennent de finir une formation qualifiante, mais qui n’ont pas saisi l’occasion professionnelle dédiée.

Cela dit, les métiers de la transition écologique et du numérique sont visés principalement par ces dispositifs. Étant donné que ces formations font l’objet de financement public, il est tout à fait normal pour le gouvernement de mettre en place des mesures plus strictes permettant de garantir qu’à l’issue, les bénéficiaires effectuent toutes les démarches nécessaires pour procéder à la recherche d’emploi.

➡️ À lire aussi :   Chômage : pourquoi ce sont les séniors qui sont dans le viseur ?
À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Julien
Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.

Voir tous ses articles