Investissement & Epargne

Placements à éviter pour les seniors

placement senior
Julien Delarche
Proposé par Julien Delarche

Plusieurs types de placement existent de nos jours et il n’est pas facile pour les investisseurs, à plus forte raison, les séniors de s’y retrouver. II importe donc de bien les étudier en fonction des risques qu’ils présentent et surtout du profil de l’investisseur.

Avec les différentes sortes de placements financiers et immobiliers sur le marché, dont beaucoup présentent des pièges, il faut faire preuve de plus de vigilances et d’études approfondies avant de se lancer. Il y’a de nombreux point est à considérer : la fiscalité, les conditions de retraits, la succession et surtout les risques de pertes possibles.

Quand on est sénior, tous ces paramètres doivent faire l’objet d’une attention toute particulière puisqu’il s’agit d’une étape importante dans la vie de l’investisseur et qui s’accompagne de changements notamment un besoin de se constituer des revenus complémentaires.

Placements à éviter pour les seniors

1- La bourse

Investir en bourse (notamment les actions) est pour beaucoup d’épargnants, le premier pas à faire lorsqu’on souhaite réaliser des investissements. Pour rappel, investir en bourse, c’est s’exposer aux fluctuations des marchés financiers qui peuvent être dues à plusieurs facteurs et donc à des risques :

  • Risque de liquidité
  • Risque de taux
  • Risque de marché
  • Risque de perte en capital

En tant que sénior, il est déconseillé de réaliser des placements en bourse d’autant plus que au-delà des nombreux risques évoqués plus haut, la rentabilité des placements en bourse n’est pas assurée de même que celle du capital.

2- Les placements atyiques

Les placements atypiques tels que les investissements sur l’or, le diamant, le vin ou encore les panneaux photovoltaïques sont également des investissements à risque pour les séniors. En effet, ces placements ne sont pas adaptés à cette tranche de la population dans le sens où comme en bourse, les valeurs sont extrêmement volatiles.

Vous l’aurez donc compris, tous les placements présentant des risques plus ou moins élevés sont à éviter pour les séniors. Il s’agit donc de réaliser des investissements prudents, servant notamment à se constituer une épargne, la faire fructifier et enfin la transmettre. Quelles sont donc ces solutions qui permettent de répondre à ces objectifs ?

Les meilleures solutions de placement à considérer pour les séniors

1- L’épargne en SCPI

Les SCPI sont la solution d’investissement la plus en vogue du moment et pour cause, il s’agit d’un investissement ayant pour sous-jacent l’immobilier, qui comme on le sait, reste une valeur sûre.

En effet, grâce à l’acquisition de parts de SCPI, l’investisseur perçoit des revenus complémentaires et se constitue par la même occasion un patrimoine immobilier diversifié et dont les risques sont totalement mutualisés.

Pour aller plus loin, en fonction de la méthode d’acquisition choisie, l’investisseur peut d’ores et déjà préparer sa succession en optant pour un démembrement des parts dont il dispose.

2- L’assurance vie

L’assurance vie est une solution d’épargne et de préparation de la succession. En effet, grâce à elle, l’investisseur se constitue une épargne qui en fonction de supports sur lesquels elle est investie, fera fructifier son capital de départ. De plus, et c’est sans doute, l’un des plus gros avantages de l’assurance vie, la fiscalité est avantageuse.

Pour un sénior, un contrat d’assurance vie est important puisque tout contrat ouvert avant l’âge de 70 ans, permet de faire bénéficier à ses héritiers, d’abattements sur les droits de succession.

3- Les investissements en résidences de services

La retraite est l’étape où l’on souhaite avant tout se constituer des revenus complémentaires afin de pallier à la baisse de revenus du travail.

Les résidences de services gérées tels que les EHPAD ou encore les résidences séniors sont là une solution à ne pas négliger.

En effet, réaliser un tel investissement permet de se constituer un patrimoine mais aussi et surtout de disposer d’un bien totalement géré, qui rapporte des revenus. De manière schématique, vous procédez à l’acquisition d’une chambre en EHPAD ou en résidence séniors ; celle ci sera gérée par une société spécialisée qui vous reversera trimestriellement des loyers perçus.

4- Les formules d’épargnes logements

L’un des Placements à éviter pour les seniors est le placements dans l’immobilier. Cette opération est aussi appelée Plan Epargne Logement ou PEL. Cette procédure nécessite une importante somme d’investissement. Comme elle peut générer des avantages grandioses, elle peut se terminer en une grande perte pour diverses raisons.

Le montant est plafonné jusqu’à 61 200 euros. Mais plus elle est conséquente, plus le pourcentage de rendement l’est également. Ce taux est décidé au moment de l’ouverture du PEL. Ce Plan Épargne Logement est constitué d’intérêts et aussi d’une prime d’état.

Ces placements présente des risques en raison de la période du prêt immobilier. La personne souhaitant œuvrer dans ce sens, dispose des 4 ans en minimum pour effectuer un PEL. Si elle réalise un retrait avant cela, le PEL est directement clôturé. Dans ce cas, l’argent utilisé sera bloqué sur le compte. Cela se passe pendant toute la durée du crédit. Le taux des intérêts dépend de la somme de l’épargne. Certes, il est revalorisé chaque année, mais il est toujours fixé au-dessus de 2,5 %.

Pour pouvoir s’investir dans l’immobilier, il faut disposer de 540 € à verser annuellement au minimum. De plus, ce montant est passible de prélèvement social une fois que le PEL est ouvert.

5- Les placements défiscalisés

Les épargnants ont tendance à être convaincus de toutes les offres alléchantes à propos des impenses. Avec les taux de revenus conséquents annuellement, ou trimestriellement, les investisseurs se lancent. Par contre, qui dit rendement élevé dit toujours risque haussé, d’après l’avertissement de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

En effet, diverses institutions proposent des placements non fiscalisés. Toutefois, ces derniers sont sujets de prélèvements sociaux. Seuls le Livret A, Le Livret d’Épargne populaire, le Codevi, le Livret jeune, le livret de développement durable et solidaire (LDDS) et le livret d’épargne entreprise (LEE) ne sont pas imposables.

Sinon, ils ne subissent pas trop de taxe. Ils ont un plafond de versement et ne doivent pas les excéder. Ces limites diffèrent d’un placement à un autre. Par exemple, le dépôt maximum du livret A ne doit pas aller au-delà de 22 950 euros. Ces derniers sont réglementés par l’État. Ils ne sont pas non plus sujets de tous prélèvements sociaux.

Comme pour tous les investissements, quelques conditions régissent ceux qui sont catégorisés comme défiscaliser. La somme mise ne doit pas dépasser celles établies. Il faut également respecter la durée de non-retraits pour pouvoir profiter de l’exonération.

A propos de l'auteur

Julien Delarche

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite.
Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.