Pension retraite - imageLa pension de retraite constitue le revenu auquel un salarié a droit lorsqu’il sera à la retraite. Son montant est calculé à partir des cotisations qu’il a versées durant toute sa carrière professionnelle.

En France, le régime de retraite se base sur un système solidaire par répartition. Les actifs cotisent afin de payer la pension de retraite de leurs aînés qui sont déjà à la retraite. Lorsqu’ils partiront à leur tour à la retraite, ce seront autour des travailleurs de demain que reviendront la charge de cotiser pour payer leur pension.

Comment fonctionne le régime général de retraite en France ?

Le régime général de retraite ou assurance retraite en France est basé sur un système obligatoire. En effet, tous les salariés qu’ils soient du secteur privé, de la fonction publique, ou indépendants sans exception doivent cotiser pour assurer leur pension de retraite. Ce régime est composé de trois niveaux à savoir : un régime de base, un régime complémentaire et un régime supplémentaire[/su_list]

Le régime de base ainsi que le régime complémentaire sont des régimes obligatoires et fonctionnent sur un système par répartition. Comme on l’a expliqué plus haut, les actifs cotisent pour les ainés, le système repose sur la solidarité entre les générations.

Où et comment m’informer sur mes droits ?

Il faut savoir qu’à partir du moment où une personne commence à travailler, ses régimes de retraite obligatoire auxquels elle est rattachée lui ouvrira un compte retraite où figurera toutes ses informations relatives à sa retraite (période de cotisation, revenus qui ont permis le prélèvement des cotisations,…).

Grâce au droit à l’information sur la retraite introduit par la réforme des retraites de 2003. Toute personne, ayant cotisé pour sa retraite, a le droit de demander à la caisse à laquelle elle est affiliée sa situation par rapport à sa retraite, ce quel que soit son parcours et quand bien même elle était affiliée à d’autres régimes auparavant.

A partir de 35 ans et jusqu’à 50 ans, les salariés reçoivent également le Relevé de situation individuelle (RIS) : document administratif qui informe sur la situation d’une personne sur sa retraite.

Comprendre le fonctionnement et le calcul de la pension retraite

Il n’est pas chose aisée de bien assimiler les innombrables points qui entourent la pension de retraite. Ce n’est pas rare de voir des pensionnaires ne maîtrisant pas complètement le mécanisme de calcul de ses allocations se contenter d’encaisser sans se poser aucune question.

D’autant plus que, certains vocabulaires utilisés en matière de régime de retraite peuvent facilement induire en erreur. Et pourtant aussi compliqué soit le dispositif de retraite en France, il est important pour les retraités de connaitre son principe et fonctionnement afin de jouir pleinement de leur droit.

Quelle sera votre pension : calcul de la retraite ?

Pour calculer le montant de base de la retraite, on tient compte de trois facteurs :pension retraite - calcul

  • Le salaire annuel moyen
  • Le taux de la pension (limité à 50%)
  • La période d’assurance (nombre de trimestres requis et nombre de trimestres retenus)

Le calcul se fera ensuite par la formule suivante :

Pension de base = (Salaire moyen annuel x Taux de la pension x période d’assurance)/ période de référence

La période de référence correspond au nombre de trimestres retenus.

Cotisations trimestrielle

La durée des cotisations aux régimes obligatoires de retraites est calculée de manière trimestrielle. En principe, un salarié ne prend sa retraite qu’une fois qu’il ait rempli la période minimale qui ouvre droit à la retraite. C’est justement cette période qui est calculée trimestriellement.

Pour obtenir un trimestre, le salarié doit verser des cotisations (prélevées sur son salaire) et qui correspond à 150 fois le SMIC horaire au 1er janvier de l’année de cotisation. Depuis 2017, le salarié doit gagner 1 464 € pour débloquer un trimestre.

Le Taux plein et la pension retraite entière

Il faut savoir que taux plein ne rime pas forcément avec retraite entière. En effet, pour jouir d’une pension à taux plein, le salarié doit remplir certaines conditions liées à son âge et la durée d’assurance retraite.

Pour rappel, le taux correspond à 50% du revenu annuel d’un cotisant calculé à partir de ses 25 meilleures années de cotisation. Si le cotisant à entre 65 ans et 67 ans, il acquiert automatiquement une retraite à taux plein. Le pensionnaire ayant acquis 160 à 166 (selon son âge) trimestres pourra également bénéficier de ce taux plein.

D’autre part, la retraite entière peut être acquise par l’assuré disposant d’un coefficient de proratisation qui équivaut à 1. Ce taux  tient compte du  nombre de trimestres validés ainsi que de la durée d’assurance de référence.

Ainsi, un cotisant ayant une retraite à taux plein ne recevra  une retraite entière que s’il a validé le nombre de trimestres requis pour sa génération.

Dans le cas contraire, et même s’il a acquis un taux plein, sa pension de retraite sera calculée en fonction du nombre de trimestre qu’il a réellement validé.

Le minimum contributif versé aux salariés

Le minimum contributif a été introduit en 1983. Le dispositif permet le versement d’allocations aux salariés qui ont rempli le nombre de trimestres requis mais qui ont cotisé de faible montant en raison de leur faible revenu. Dans le cas où le montant de leur pension de retraite est inférieur au minimum contributif. C’est ce dernier qu’ils toucheront. Lors de la dernière revalorisation des retraites en janvier 2019, le montant du minimum contributif de base est égal à 636,57 €. Il est majoré à 697,68 € par mois si le pensionnaire a cotisé sur au moins 120 trimestres.

À quel âge prendre votre pension retraite ?

L’âge légal de départ à la retraite varie selon les régimes auxquels le salarié est affilié. A noter que cet âge minimum ne garantit pas l’octroi d’une pension de retraite à taux plein. Pour en bénéficier, il faut acquérir le nombre de trimestres requis. Ainsi :

  • dans le secteur privé, l’âge légal qui ouvre droit à la retraite est fixé à 62 ans.
  • Dans la fonction publique, il est classé en 2 catégories : Sédentaires : 65 et 67 ans, Actives : 60 et 62 ans;
  • Pour les régimes spéciaux, cela diffère selon le métier et le temps d’ancienneté du salarié et va de 40 à 60 ans. Mais cependant, depuis la réforme de 2018, la majorité ont opté pour un départ à la retraite à 62 ans.

Quel sera le montant de ma pension retraite ?

Dès lors qu’un salarié atteint l’âge légal de départ à la retraite, il pourra sans problème arrêter son travail et prendre sa retraite. Toutefois, le montant de sa retraite dépendra en grande partie de l’âge auquel il décide de partir.  Plus il décide de partir tard plus le montant de sa pension de retraite sera élevé.

En effet, le montant de la pension de retraite dépend des salaires que le cotisant à perçus mais également de la durée totale de ses activités professionnelles.

Qu’est-ce que la pension de réversion ?

La pension de réversion correspond  aux pensions de  retraite dont jouissait ou aurait pu jouir le cotisant décédé,  et qui de ce fait  est « reversée », sous certaines conditions à son conjoint survivant (le PACS ou le concubinage n’ouvre pas le droit à la pension de réversion).

A savoir qu’elle  peut être attribuée  au conjoint survivant même si le pensionnaire décède avant même d’avoir posé sa retraite ou n’atteigne l’âge minimum légal de départ à la retraite.

Si selon les régimes le montant de la pension de réversion diffère. Pour  le régime général, il est égal à 54 % du montant de la retraite du Régime Général que touchait ou aurait pu toucher l’assuré décédé. Pour en bénéficier, le conjoint survivant doit avoir 55 ans ou plus et des ressources inférieurs 19 177,60 € par an.

Qu’est-ce que le malus sur la pension retraite ?

Dispositif rentré en vigueur depuis le 01er Janvier 2019 à partir de la réforme AGIRC-ARRCO. Il note que les employés  dont l’année de naissance vient après 1957 et ayant rempli les prérequis relatifs à la  durée d’assurance nécessaire à  l’ouverture de  droit à la retraite de base à taux plein (retraites anticipées incluses) peuvent partir à la retraite dès l’obtention du taux plein. Toutefois,  ils seront soumis à un malus de 10% pendant 3 ans et ce jusqu’à leur 67 ans. Sont exemptés de ce malus :

  • Les cotisants exonérés de CSG,
  • Les cotisants souffrant d’un handicap
  • Les cotisants bénéficiaires d’une allocation de régime de base dans le cadre du système amiante
  • Les salariés reconnus inaptes
  • Les mères ouvrières de trois enfants
  • Les cotisants ayant la qualité d’aidant familial
  • Les anciens combattants et prisonniers de guerre

Quelles sont les solutions d’épargne retraite actuelles ?

Si on souhaite se constituer des épargnes retraites, on peut retrouver plusieurs possibilités de placement qui se distinguent en 02 catégories :

  • Les solutions d’épargne retraite individuelle (PER individuel, PEA, l’assurance vie, placement en immobilier, le compte sur livret,…)
  • Les solutions d’épargne retraite en entreprise (le PER Collectif, PER obligatoire)

Si leur nom varie d’un produit à l’autre, leur finalité reste les mêmes.

Comprendre le nouveau plan d’épargne retraite quand on est senior

Nouveau plan épargnePour simplifier les solutions d’épargne retraite, le gouvernement Edouard Philippe à partir de la loi pacte a encadré les produits et les a classifiés en deux enveloppes. On retrouve désormais le PER individuel en remplacement du PERP et du contrat Madelin ainsi que le PER entreprise qui regroupe le PER collectif (succède au PERCO) et le PER obligatoire (anciennement nommé article 83).

Loi pacte

Promulguée le 22 mai 2019,  le Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises, communément appelé loi PACTE regroupe des textes dont le but est de renforcer la situation économique en France. La loi cherche en effet :

  • A faire grandir les entreprises en France en simplifiant encore plus les formalités quant à la création, en favorisant les innovations et en facilitant l’accès au financement
  • Inclure un peu plus les salariés aux résultats des sociétés par la facilitation de l’épargne retraite

Plan d’épargne retraite PER

Le PER est donc ce nouveau produit d’épargne retraite introduit par la loi pacte et qui a été en vigueur depuis le 1er octobre 2019. Il remplacera au fur à mesure  les anciens  plans d’épargne retraite. Comme mentionné plus haut, on retrouve actuellement 03 formes de PER :

  • Le PER individuel,
  • deux PER d’entreprise : PER collectif et le PER obligatoire

PER d’entreprise collectif

Le PER  collectif est un plan d’épargne accessible à tous les salariés d’une entreprise, sans obligation d’adhésion et qui donne droit à des avantages fiscaux. Il remplace les Perco actuel, qui ne seront plus en circulation à partir du 1er octobre 2020. Il est donc possible pour un salarié ayant souscrit à un Perco de le transformer  en PER d’entreprise collectif.

PER D’entreprise obligatoire

Le PER d’entreprise obligatoire est un plan d’épargne accessible à tous les salariés d’une entreprise. A savoir qu’une certaine catégorie de salariés a l’obligation d’adhérer au plan. Venant succéder aux contrats article 83, il permet de bénéficier d’une fiscalité avantageuse.

PER destiné aux épargnants (individuels)

Le PER individuel est accessible à tous et peut être souscrit à titre individuel  auprès d’un établissement financier ou encore une compagnie d’assurance. Ce nouveau plan remplace  le PERP et le  contrat Madelin, qui ne seront plus effectifs à compter du 1er octobre 2020. L’épargne accumulée sur ces anciens plans peuvent  être ainsi à la demande de l’épargnant être transférée  sur le  nouveau plan PER individuel.