Privatisation de la FDJ : lancement de la souscription

Si au départ, la date précise de la privatisation de la Française des Jeux n’a jamais vraiment été divulguée, aujourd’hui, les investisseurs et les particuliers ont la possibilité d’acquérir des actions de la FDJ à compter du 7 novembre 2019. Le but du gouvernement ici c’est d’attirer le maximum de personnes possible et d’en faire une opération populaire avec de multiples actionnaires individuels.

Privatisation de la Française des Jeux : Des bénéfices non négligeables

Selon le PDG de la FDJ, l’opération de privatisation de la Française des Jeux peut apporter à l’Etat un peu plus d’un milliard d’euros de bénéfices. L’argent reçu servira à combler les fonds destinés à l’innovation, qui dispose déjà de 10 milliards d’euros. Au terme de cette privatisation, la part de l’Etat ne sera plus détenteur de 72% mais de 20% tout au plus. Bien évidemment, cela est largement suffisant afin d’avoir la mainmise sur les activités de la FDJ. Aussi, les finances publiques auront toujours les recettes fiscales et sociales.

Les conditions relatives aux particuliers

Les conditions relatives aux particuliersSous réserve de l’accord de l’AMF, il faut savoir que les particuliers se verront accorder une action gratuite à partir de 10 actions achetées, si ces dites actions sont maintenues pour une période de 18 mois au minimum. Par ailleurs, il sera possible d’avoir une décote de 2% sur la valeur de l’action qui est détenue. Outre cela, sera mise en avant, l’actionnariat des buralistes, des employés et des détaillants. Il est à noter qu’il ne sera pas possible pour un actionnaire d’avoir plus de 10% du capital sans un accord préalable de l’Etat.

Aussi, il est important de noter que le pouvoir public va garder la totalité des recettes sociales et fiscales ce qui équivaut à peu près à 3.5 milliards d’euros par an. Plus la FDJ devient populaire, plus ce montant peut augmenter. En plus, le domaine des jeux d’argent se verra réguler par une Autorité nationale des jeux indépendants.

Privatisation de la Française des Jeux : les divers avantages pour les souscripteurs

En termes de chiffres l’on ne peut qu’être conquis par les résultants affolants de la FDJ. Avec une quinzaine de milliards acquis en 2018, dont une dizaine remis aux joueurs sous forme de prix, il faut dire que le succès est au rendez-vous pour la FDJ. En 2019, il y a encore eu des hausses, c’est-à-dire + 7.2% en termes de paris, avec des ventes qui avoisinent une hausse de 5.2% tout de même. Au 3ème trimestre par exemple, le CA de la Française des Jeux n’a eu de cesse d’augmenter avec 9% en 2018, 7% en 2019 et une éventuelle stabilisation à 5% en 2020.

Un placement plutôt intéressant ou non ?

Les conditions relatives aux particuliersIl y a déjà eu deux essais de privatisation de la Française des Jeux, remis en cause par la crise des subprimes de 2008 et le refus catégorique de François Hollande, l’ancien président de la république. Mais la Française des Jeux est-elle réellement un bon placement ? Comme nous l’avons indiqué précédemment, le marché des mises ne cesse de croître depuis le début de cette année.

Avec un chiffre d’affaires avoisinant les 1.9 milliards en 2019 soit 100 millions de plus que l’an dernier, les affaires sont plutôt bonnes. De plus, avec l’euro de foot ou encore les J.O, la FDJ devrait garder son rôle de leader en termes de paris sportifs. Les points négatifs qu’il ne faut pas oublier sont les mises qui ne font que 20% des parts alors que chez d’autres acteurs européens, on atteint les 30%, voire plus. En termes de finances, la FDJ est moins soumise aux fluctuations des marchés. Ce qui lui permet de tenir, c’est l’amour des français pour les jeux d’argent.

Julien Delarche

Julien Delarche

Journaliste spécialisé sur l'actualité Senior et Investissement / Retraite. Vous avez une idée d'article d'actualité ? Contactez moi, pour en discuter.