L’assurance-vie est-elle adaptée aux seniors ?

contrat d’assurance vie - image

Définition de l’assurance-vie

Si l’assurance vie est un moyen de protéger et/ou de favoriser une ou plusieurs personnes désignées en cas de décès, c’est également une police d’assurance qui permet d’épargner en vue de couvrir ses dépenses futures durant la retraite.

En effet, à partir d’un contrat d’assurance vie, l’assureur s’engage à verser un capital à une personne désignée en cas de décès de l’assuré ou lorsque le contrat arrive à son terme, en échange du paiement d’une ou plusieurs primes. Bénéficiant d’un régime de défiscalisation, le capital versé durant un contrat d’assurance vie permet dans certains cas d’éviter les droits de succession.

Fonds en Euros

Le fond en euros est un véhicule d’investissement uniquement disponible auprès d’une compagnie d’assurance-vie. Il représente, en échange du paiement d’une prime, un fond garanti payable en tout temps par l’assureur. Cela se produit soit par l’intermédiaire de garantie en capital ou par un minimum de taux d’intérêt appliqué à la prime payée.

Le fond en euros est une solution d’investissement et épargne très sure , avec un rendement garanti en général plus élevé que le taux du marché boursier, mais limité en termes de potentiel de performance.
A savoir que c’est un support d’investissement majoritairement composé d’obligations d’état et d’entreprises.

Unités de compte

A la différence du fonds en euros, le fond en unités de compte est un support d’investissement qui permet de placer son épargne sur plusieurs supports financiers variés (parts de société, parts d’actions, Sicav, Scpi).

En effet, les unités de compte sont des moyens qui permettent de diversifier ses placements afin de maximiser le rendement de son contrat d’assurance vie.

Cependant le risque de perte de capital est plus élevé que sur un placement en fond en euros comme la valeur des parts fluctue selon les marchés boursiers.

Comment souscrire à un contrat d’assurance vie ?

Un contrat d’assurance vie peut être souscrit auprès d’une compagnie d’assurance, d’une banque ou encore une compagnie de mutuelles. A l’ère internet, il est également possible de le souscrire via une compagnie en ligne.
Pour rendre effectif le contrat, l’assuré devra effectuer un premier versement auprès de son assureur. En échange, ce dernier lui remettra les documents officiels contenant les conditions générales, le bulletin de souscription ainsi que la notice d’information, relatifs au contrat d’assurance vie.

A l’ouverture du contrat, l’assuré devra également désigné le ou les bénéficiaires de la police d’assurance. Selon le type de contrat, le contractant peut être lui-même le bénéficiaire de son propre contrat. A savoir qu’il peut changer de bénéficiaires autant qu’il le souhaite.

Durée du contrat
Sur le point juridique, un contrat d’assurance vie n’a pas de durée à proprement dit. Le contrat prend fin au décès de l’assuré ou si l’assuré à l’ouverture du contrat a établi une date butoir.
Au décès de l’épargnant, un capital sera versé aux bénéficiaires désignés par celui-ci. Dans le cas d’une assurance en cas de vie, la compagnie d’assurance versera un capital à l’épargnant lorsque son contrat arrive à terme.
Toutefois, il faut savoir que l’avantage d’un contrat d’assurance vie est le régime de fiscalité avantageux qu’il engendre. Ainsi pour jouir pleinement de cet avantage, l’idéal est de conserver son assurance vie pour une durée minimum de 8 ans.

Les frais du contrat d'assurance vie

Si tous les contrats d’assurance ne se valent pas, ils s’accompagnent tous de frais que l’on peut également appeler « chargement ».Ce dernier est dans la plupart des cas constitué de frais d’entrée (frais de dossier, frais sur versement,…) et de frais de gestion (frais d’arbitrage, de sortie, d’options,…)

Lors du choix de son contrat d’assurance vie, il est primordial de tenir compte du montant de ces frais car ils définissent le rendement d’un contrat. Une assurance vie dotée de frais élevé sera effectivement moins performante qu’un contrat avec des frais raisonnables.

La gestion du contrat d'assurance vie

Il est vrai que la gestion d’un contrat d’assurance vie conditionne sa performance et son rendement. Entre gestion libre et gestion sous mandat, selon le profil de l’épargnant, l’assurance vie peut être pilotée de plusieurs façons.
La gestion libre permet à l’assuré de piloter lui-même son contrat. Etant le seul maître à bord, l’épargnant a une grande liberté quant aux choix de placements. Il choisit lui-même ses supports en unités de compte.

A préciser que ce mode de pilotage est plus conseillé à une personne ayant une bonne connaissance du secteur et du temps libre pour surveiller le flux du marché boursier afin d’effectuer les placements au moment opportun.
La gestion sous mandat quant à lui permet de confier son contrat multisupport à un professionnel. Ce dernier en fonction du profil de son client effectuera les placements et fera fructifié le contrat d’assurance vie en échange d’un pourcentage.

Récupérer l'argent sur son contrat

Il est possible pour un contractant d’assurance vie de récupérer tout ou partie de son épargne lorsqu’il le souhaite et sans avoir à motiver son geste. Un assureur ne peut pas en effet s’opposer à ce que l’épargnant rachète son placement même lorsque celui n’est pas encore arrivé à son terme.
Si l’épargnant décide de prendre une partie de son épargne, on fait référence à un rachat partiel de son contrat. Dans ce type de cas, l’assureur peut par contre, afin de faire vivre le contrat, imposer un montant minimum à laisser sur le contrat.

A contrario le rachat total du contrat (ie : l’épargnant décide de retirer tout son placement avant terme), met fin au contrat de façon anticipée.La troisième façon de récupérer l’argent sur son contrat d’assurance vie, est de transformer une partie ou la totalité de son épargne en rente viagère que l’assureur verse jusqu’au décès de l’épargnant.

Clôturer son contrat d'assurance vie
Comme il est dit plus haut, lorsque l’assuré retire la totalité de ses fonds, il clôture automatiquement son contrat d’assurance vie. Si c’est la façon la plus simple et rapide de fermer son contrat, il existe aussi un autre moyen de résilier son contrat.
L’assuré peut ainsi décider (modalités de sortie à choisir au moment de la souscription) soit une sortie en capital qui consiste à toucher en une seule fois la totalité des fonds ou bien une sortie en rente qui permet de disposer ses fonds en plusieurs versements périodiques.

la co-souscription et assurance-vie - image

La fiscalité avantageuse de l’assurance vie

Un contrat d’assurance vie permet de jouir d’une fiscalité avantageuse. Et c’est d’ailleurs, une des raisons pour lesquelles l’assurance vie reste aussi populaire auprès des français. Cependant pour bénéficier pleinement de ce régime fiscal, un contrat doit être détenu au moins 8 ans.

Le contrat d’assurance vie durant sa période de vie permet à son titulaire de bénéficier d’une exonération d’impôt et de prélèvement sociaux sur les plus-values effectuées durant les arbitrages.
En cas de retrait partiel après ou avant 8 ans, seule la quote-part de plus-value est soumise à une imposition.Enfin dans la majorité des cas de décès, le contrat n’est pas soumis à un droit de succession.

La fiscalité avantageuse de l’assurance vie - image

En cas de l’absence de rachat

Le titulaire d’un contrat d’assurance vie peut décider à tout moment d’effectuer un rachat partiel ou total de son contrat. Selon la sortie qu’il réalise, le régime fiscal qui se rapporte à son contrat diffère.
En cas absence de rachat, le contrat n’est pas soumis à une fiscalisation. Durant toute la durée de vie de l’assurance vie, le contrat ne subit aucun prélèvement d’impôt. Ce dernier ne s’effectue que s’il y a rachat (partiel ou total) ou décès du souscripteur.

En cas de rachats

Le rachat total ou partiel d’un contrat d’assurance vie est soumis à un régime fiscal. Les plus-values du capital placé sont en effet régies par un système de fiscalisation. De plus, cette dernière diffère selon la durée de vie du contrat d’assurance. L’imposition des contrats de plus de 8 ans diffère de ceux de moins de 8 ans.

  • Moins de 08 ans : Pour les contrats effectués avant 2017, les plus-values des contrats de 4 ans de vie subissent un prélèvement de 35%, tandis que celles réalisées à partir d’un contrat sauvegardé entre 4 et 8 ans sont imposables à hauteur d’un prélèvement libératoire de 15%.
    Les contrats établis après 2017 quant à eux sont soumis au « flat tax » de 30 %.
  • Plus de 08 ans : Les plus-values passent par un abattement de 4600 euros (pour les contrats conclus avant 2017) avant de subir un prélèvement d’impôt forfaitaire de 7.5%.

En cas de décès

L’âge du souscripteur défini le régime fiscal d’un contrat d’assurance vie en cas de décès de son souscripteur. Il précise notamment si les bénéficiaires sont soumis au droit de succession ou non.
Si l’épargnant décède après l’âge de 70 ans et a contracté un contrat d’assurance vie à partir du 20 Novembre 1991, peu importe le nombre de contrats qu’il a souscrit ainsi que le nombre de ses bénéficiaires, seuls les versements qui excèdent les 30500 euro de la rente à verser sont imposables.Pour un contrat contracté avant cette date, on applique un prélèvement forfaitaire de 20% sur le total du fond investi.

En cas de sortie en rente

En cas de sortie de rente, le système fiscal du contrat d’assurance vie dépend en grande partie de l’âge du contractant au moment où la sortie s’opère.Effectivement, si le rentier à la sortie en rente à moins de 49 ans, les 70% de sa rente sera soumis à l’imposition. S’il a entre 50 et 59 ans, la partie imposable sera de 50%. 40% si son âge est compris entre 60 et 69 ans.

Enfin, à partir de 70%, seul 30% de sa rente sera déductible d’impôts. Lorsqu’il s’agit d’une sortie de rente effectué au sein d’un couple, le calcul de la fraction soumise à l’impôt de chaque sortie est défini en fonction de l’âge de chacun au moment où ils ont effectué leur premier versement.

Comment choisir le meilleur contrat d’assurance vie

Un contrat d’assurance vie est un investissement à long terme qu’on effectue pour faire fructifier son portefeuille. Il est donc essentiel d’analyser différents points afin de choisir le bon support d’investissement qui correspond le mieux à son profil afin de maximiser la performance de son contrat. Ainsi pour choisir le meilleur contrat d’assurance vie, il faudra entre autres :

  • Sélectionner un assureur qui réalise des taux de rendements et performances stables ou en hausse,
  • Analyser les différentes gammes de produits et de gestion proposées par l’assureur,
  • Enfin, Faire le choix entre un contrat monosupport ou multisupport selon son profil d’investisseur.

Les différents types de contrat d’assurance vie

Les différents types de contrat d’assurance vie - image

Il est possible pour un particulier souhaitant investir en assurance vie – qu’il s’agisse d’un contrat en cas de vie ou en cas de décès- de choisir entre divers types de contrats :

  • Contrat mono-support
  • Contrat multi-support
  • Le contrat avec une garantie du capital à terme ou « Euro Croissance »

Le contrat mono-support

Comme son nom l’indique, le contrat d’assurance vie « mono-support » ne permet de faire un placement que sur un seul support d’investissement. Ce support est appelé « fond en euros » ou encore dans d’autres cas peut être appelé « fonds garanti ou fonds sécurité ».
En effet, le fond en euro est le support d’investissement garanti par excellence. Le contractant s’assure aucune perte de capital car l’assureur lui garantit un taux minimum de rendement sur placement.

Le contrat multi-support

A l’inverse du contrat mono-support, le contrat multi-support permet d’investir sur plusieurs supports d’investissement. Il contient néanmoins un support en fond en euros et d’autres supports que l’on appelle « unités de compte ».

Le fond en unités de compte comme mentionné plus haut est composé en majorité d’OPCVM, actions, obligations ou encore parts de sociétés immobilières et bien d’autres,… La majorité des assureurs propose des contrats multi-supports. En effet, c’est le support idéal pour favoriser les gains sur son épargne.

Les contrats avec une garantie du capital à terme ou Euro Croissance

Mis en place pour défier les fonds en euro traditionnelle qui présentent un faible ndement et les unités de compte accompagnés de risques trop souvent élevé, les contrats « Euro Croissance » permet d’effectuer un investissement sur un placement qui palie sécurité et une assurance de rendement. Toutefois, ils ne garantissent un capital qu’après un engagement de 8 ans.

Notre point de vue sur les contrats d’assurance-vie

Le contrat d’assurance vie est un moyen efficace pour se constituer une épargne en vue de préparer sa retraite ou faire face aux imprévus de la vie. Cependant, il faut savoir que tous les contrats d’assurance vie ne se valent pas l’un l’autre. Ainsi, avant toute souscription, il faudra apporter une attention particulière sur les frais divers liés aux supports d’investissement (fond euro et fond UC) ainsi que la performance des fonds en Euro.