S'inscrire à notre newsletter !

Retrouvez les grands rendez-vous d'une actualité qui vous concerne ...

   

Recherche
samedi 25 octobre
  • :
  • :
L'echo des seniors

GÉNÉALOGIE : Au bout des âges, au bout du monde

Nombres d’études plus ou moins fiables, réalisées au cours des 30 dernières années, accordaient à la quasi-totalité des  Français de souche (au moins 3 générations) une filiation plus ou moins directe avec ce bon vieil empereur Charlemagne. Certes, il y a de quoi sourire à l’idée qu’il y aurait un peu de carolingien en chacun de nous, 11 siècles après le  règne de leur dernier souverain. Pourtant, historiens et passionnés de généalogie émettent des hypothèses assez troublantes en la matière. 

De l’arithmétique à la pratique

Pour comprendre le raisonnement de ces chercheurs, il faut suivre certaines règles de calcul. Les estimations des généalogistes se basent sur des hypothèses mathématiques assez simples, en voici l’exemple :

Si nous pouvions remonter notre arbre généalogique sur 45 générations, nous arriverions à l’époque de l’illustre personnage. Or, sachant que nous avons tous 2 parents, 4 grands-parents, 8 arrières grands-parents etc., on estime que toutes ces générations réunies nous ont donné le chiffre astronomique de 35 000 milliards  ancêtres  (en théorie). Bien sûr, ce nombre ne peut être cohérent car il faut en déduire ce qu’on appelle les implexes, ces mariages consanguins qui réduisent très fortement la quantité de nos aïeux réels. Mais alors, par combien faudrait-il divisé ce chiffre pour avoir enfin une estimation plus juste ? Malheureusement, personne à ce jour n’est en mesure de le dire. La population de l’actuel territoire français était d’environ 8 millions en l’an 800, dès lors, nous pouvons tous continuer à nous accorder un lien de parenté avec le plus célèbre des Carolingiens.

Vous l’aurez compris, il est impossible d’être formel  quant à son appartenance à certaines familles royales, mais après tout, est-ce là ce que nous recherchons ? À l’heure ou un Français sur 6 pratique la généalogie, les considérations sont très différentes et les recherches portent le plus souvent sur de proches parents. Il est plus intéressant de retrouver un lointain cousin qu’on pourra rencontrer autour d’un verre que de savoir si l’un de nos  ancêtres avait du sang bleu. 

Plusieurs sites Internet proposent de vous initier à la généalogie. Il existe également des sociétés qui ont mis en place des logiciels pouvant vous aider à organiser vos recherches. L’une d’entre elles, la société CDIP spécialiste de la généalogie et du scrapbooking digital, à  édité dernièrement un logiciel dédié à ces techniques. Disponible en 3 éditions, Généatique 2013 Découverte, classique et prestige, chacun correspond au besoin des débutants, amateurs et passionnés. 

Pour plus d’information sur ces produits : www.geneatique.com
Fédération Française de généalogie : Tél : 01 57 42 90 82  
 http://www.genefede.org/

G.Gauthier



Rédacteur en chef pour l'écho des seniors



Commentaire(s) pour l'article “GÉNÉALOGIE : Au bout des âges, au bout du monde

    Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Les informations que vous nous faites parvenir sont destinées à un usage interne. L’echo des seniors s’engage à ne pas les utiliser à des fins commerciales et ne pas les communiquer à des tiers » (art. 38 et suivants de la loi "Informatique et Liberté " du 6 janvier 1978 modifiée par la loi n°2004-801 du 6 Août 2004)