Le PER entreprise ( PERE) : une alternative méconnue au PERP

La retraite peut se préparer en avance. Diverses institutions proposent des contrats pour ce faire dont le PER entreprise. Ces derniers touchent les salariés comme les entreprises. Ils concernent surtout des placements pouvant être monétaires ou immobiliers. Pour le premier type, un large choix s’offre au contribuant. Il s’agit des impenses visant à bloquer un capital afin de générer des gains. Il peut devenir un complément de revenu si l’ouverture des comptes est faite à temps. Parmi ces participations, on cite l’assurance-vie, le PERCO, le PERE, le PERP ou encore le MADELIN.

Qu’est-ce que le PERE ?

Le PERE ou le Plan épargne retraite d’entreprise est un accord collectif en assurance-vie. Les travailleurs effectuent un paiement individuel à la compagnie. C’est un dépôt optionnel complétant ceux qui sont obligatoires. Ces sommes sont déductibles par les salaires globaux. Au fait, c’est un placement facultatif. Mais une fois adopté par une société, tous les personnels se doivent de s’y inscrire.

PERE

Le PERE joue un double rôle du côté des concernées. D’une part, l’entreprise verse à ses cachetiers un complément de rémunération sans frais pour leur permettre une vie aisée après leurs cessations d’activité. D’un autre côté, les salariés se constituent petit à petit une retraite supplémentaire sans trop d’effort. C’est l’institution employeuse qui fixe le barème des sommes à régler. Par contre, chacun peut payer au-dessus du montant défini.

En effet, ces impenses sont accordées à tout le personnel de l’établissement. Certains ne l’octroient qu’à des profils spéciaux. Sinon, le souscripteur doit se situer entre 18 ans et 68 ans. Il doit avoir un consensus appelé « article 83 » parce que c’est le numéro du code général des impôts le structurant. Le contrat est régi par la loi n° 2003-775 du 21 août 2003. En outre, les investisseurs et l’entreprise profitent d’un avantage fiscal et social. Les primes versées sont perçues du gain net d’une année avec des limites.

Il a maintes façons de mettre en place dans une compagnie le PERE. La première se fait par voie de conventions. En d’autres termes, c’est un accord entre les employeurs et les employés. La seconde résulte d’une approbation de la majeure partie des agents sur un projet du leader de la firme. La troisième vient d’une décision unilatérale du dirigeant. Chaque salarié doit se munir de cette résolution en écrit.

Quels intérêts par rapport au PERP ?

Le PERP ou le Plan épargne retraite populaire est un placement individuel déductible du gain imposable. Il peut se présenter sous une rente viagère ou d’un paiement d’un numéraire tout au long de la vie du bénéficiaire. En d’autres termes, c’est un contrat à période indéterminée.

Le PERE et le PERP prêtent à confusion dans beaucoup de cas. Le plus grand intérêt qui les diffère est le lieu d’investissement. Avec le PERE, les salariés ont une facilité de versement. Ils n’ont plus besoin de se déplacer à la banque pour ce faire, parce que la compagnie s’occupe de tout. Ils économisent du temps pour les préparations de paperasses, la signature de contrat, de même pour les revenus tirés par les bénéficiaires. L’entreprise se charge du règlement. Il se fait sous forme de taux sur le gain. De plus, les sommes versées tout au long de la vie active sont exonérées. La loi Filon de 2003 permet aux épargnants de contribuer des placements complémentaires. Ils se limitent à 10 % de la mensualité totale brute. Dans le cas des rentes viagères du PERE, elles sont déclarées au même titre que les autres pensions.

Le PERE travaille sur le même principe que PERP sauf que ses publics sont des salariés d’une entreprise. Ces derniers peuvent effectuer un double dépôt. Le premier concerne les adhésions obligatoires. Elles sont tirées des soldes. Le second est une cotisation dont le paiement est facultatif. Il est déductible du gain imposable. La procédure pour les sommes versées est la même que pour le PERP. Son régime fiscal donne plus d’avantages aux agents. Pour le PERE, ce sont les entreprises qui en bénéficient puisqu’il s’agit d’un système hybride.
Lorsque le disposant ne fait plus partie des adhérents, il existe un contrat qui transfert ses droits vers le Plan épargne retraite populaire ou un autre PERE. Dans ce cas, toutes les démarches seront faites individuellement sans l’intervention de la société.