Retraite complémentaire : comment en créer une ?

Retraite complémentaire comment faire ?

Préparer sa retraite complémentaire ne se fait pas en un jour. Il faut des années en avance pour s’assurer le bon déroulement de cette période. Il existe des solutions intéressantes qui s’offrent à doubler les pensions après la vie active. Parmi ces investissements, certains sont fiables et d’autres ne sont que des arnaques pour les plus vulnérables.

De plus, ces financements nécessitent quelques connaissances avant de s’y lancer. Pour éviter de jeter son argent par la fenêtre, force est de faire le meilleur choix. Si possible, il faut consulter un expert dans le domaine.

retraite complémentaire comment faire

La location meublée

Il s’agit d’un lieu d’habitation décente à louer. Il doit être équipé de mobiliers répondant en termes de quantité et de qualité. L’endroit doit permettre à son occupant de vivre convenablement son quotidien (pouvoir manger, s’y laver).

En général, cette amodiation comporte au minimum : un lit pour dormir avec une couverture, des appareils de cuisson et ustensiles de cuisine, des vaisselles, des tables et des chaises, une luminosité convenable, des matériaux pour le ménage, un réfrigérateur avec au moins un compartiment, des étagères pour le rangement et un dispositif servant à occulter les fenêtres. Il s’agit de ce qu’on appelle un investissement LMNP pour Location Meublée Non Professionnelle.

Le régime des BIC ou Bénéfices industriels et commerciaux régit la fiscalité des habitations meublées. Dans le cas où le revenu locatif annuel atteint jusqu’à 32 900 €, l’impôt se fixe après une déduction d’un abattement forfaitaire de 50 %. Plus de cette somme, la taxe est définie par le rabais des charges.

D’un côté, il y a aussi les exonérations destinées aux personnes qui retiennent une partie de leur résidence. Elles s’appliquent sous quelques conditions. La pièce objet de l’affermage doit constituer un logement principal du bailleur. Dans le cas contraire, la location meublée subira le régime fiscal des chambres d’hôtes. Cela mène le loyer annuel à ne pas dépasser le 760 €. Ainsi, le possesseur jouira d’une exemption.

La Nue-Propriété temporaire

Le démembrement temporaire se définit comme une séparation d’un patrimoine. Les deux bénéficiaires sont appelés : nu-propriétaire et usufruit.

La Nue-propriété est celle qui détient une fortune immobilière ou financière, mais qui ne dispose pas des mêmes avantages que l‘usufruit. Cela touche surtout les loyers. Par la même occasion, la nue-propriété n’intervient en rien dans l’entretien de l’apanage que cela soit pour les aménagements ou les paiements de taxe. À la fin du contrat, le bien lui revient parce que l’usufruit a déjà profité de tous les gains auparavant.

L’assurance vie

Ce contrat peut faire l’objet d’une retraite complémentaire comme une succession de donation. Il garantit la pérennité après la cessation des activités. Les gains générés par tous les dépôts avant la retraite constituent une source de revenu stable par la suite. De plus, ils seront exonérés surtout si les versements s’effectuent à partir de 70 ans.

Cette assurance vie est plus avantageuse pour les personnes ayant déjà un patrimoine conséquent. Elles en récolteront un pourcentage annuel des rendements de leurs biens. Cette méthode permet également une taxation attrayante. Pendant la durée du contrat, l’investisseur ne paie pas d’impôts sur ses produits et les intérêts capitalisés. Au bout de 8 ans, tous retraits et rachats effectués sont défiscalisés.

Le PERCO

Le Plan d’Épargne Retraite Collectif ou PERCO complète les pensions de base des souscrits lors de leurs cessations de travail pour une retraite complémentaire. Cette approche est la plus souple parce que son capital peut être reçu en toute sa totalité. Par contre, les sommes investies ne peuvent pas être retirées avant la fin de la vie active, c’est-à-dire à l’âge de la retraite. De ce fait, c’est un placement à long terme. Il s’alimente à partir du biais de revenus d’une entreprise. Sa fiscalité et ses termes sociaux font profiter les épargnants.

Le PERP

Le Plan Épargne retraite populaire est un placement à l’avantage des contribuables fortement imposés. Les cotisations dans cette branche échappent aux niches fiscales du fait qu’elles sont classées comme droit commun. Elles ne sont pas aussi taxables à l’ISF parce qu’il n’y a pas lieu de valeur de rachat.

À la différence du PERCO, le PERP peut être débloqué en avance sur 5 conditions : décès du conjoint de pacs, surendettement, invalidité de la 2e ou 3e catégorie, cessation d’activité par liquidation judiciaire, fin des allocations de chômage après un licenciement.

En outre, il est possible de récupérer la totalité des épargnes à la retraite. Cela se fait sous forme de capital pour un premier achat de bien immobilier.