Retraites régime unique, est-ce que c’est possible ?

Tout comme chaque mois de mai voit réapparaître la floraison des roses, les gouvernements qui se succèdent n’échappent pas à un dossier qui comporte lui aussi son lot d’épines… celui des retraites, et de la grande question « retraites régime unique, est-ce que c’est possible ? ». On ne compte plus les ministres qui se sont essayés au difficile exercice de la réforme.

Entre calculs savants et dialogues houleux avec d’un côté les syndicats et de l’autre les organisations patronales, chacun y va de sa proposition. Mais les Français sont très prompts à descendre dans la rue et quand il s’agit de leurs retraites, le débat tourne bien souvent au dialogue de sourds.

Depuis quelques années, certains politiciens se déclarent favorables à la création d’un régime unique pour enfin sortir du problème des retraites. C’est le cas par exemple de François Bayrou, qui expliquait son choix l’été dernier sur la chaîne de télévision LCI. Le président du MoDem estimait que les « Députés, fonctionnaires ou employés du privé doivent être soumis à un régime équivalent ». Mais ce projet peut-il cependant voir le jour ? et sa mise en place est-elle concevable dans notre pays ?

Un fonctionnement simplifié

S’il est bien une chose sur laquelle tout le monde est d’accord, c’est que les dépenses des retraites augmentent pour la simple raison que le nombre de retraités augmente lui aussi. On sait donc que peu importe le mode de calcul, une retraites régime unique ne réglera pas la question financière. Néanmoins, selon certains économistes, ce système offre de nombreux avantages.retraites régime unique

La fusion de l’ensemble des régimes existants aurait le mérite de clore l’éternel débat sur les gagnants et les perdants du système actuel. Fonctionnaires et salariés du privé ne seraient plus mis dos à dos. De plus, le coût de gestion des (nombreuses) caisses de régimes de base et de régimes complémentaires étant aujourd’hui l’un des plus élevés en Europe, leur basculement dans une caisse unique permettrait de réaliser des économies substantielles. Les analystes ajoutent que le passage à un régime de retraites par points permet une gestion beaucoup plus simple.

La maîtrise de la valeur du point d’achat et de rachat facilite également le maintien à l’équilibre du régime. En dotant chaque actif d’un compte sur lequel seraient versés ces points en fonction de leur cotisation, et cela, pendant toute leur vie professionnelle, ces points seraient ensuite transformés en pension (selon la valeur du point) à la liquidation de la retraite.

retraites régime uniqueCes points pourront être majorés pour tenir compte de la pénibilité de l’emploi ou encore des charges familiales. L’espérance de vie est une autre donnée qui devra être prise en compte dans le calcul du niveau de pension pour assurer une équité entre les cotisations versées et les prestations offertes.

Au niveau politique

Les personnes favorables à ce type de réforme sont conscientes qu’elle ne peut voir le jour de façon brutale. La majeure partie d’entre elles propose d’ailleurs que les droits acquis soient préservés. Un calendrier devrait être mis en place avec une date-butoir au-delà de laquelle tout le monde sera aligné au même régime.

Cependant, toute modification des règles de calcul actuelles ne devra pas engendrer des laissés pour compte ou des lésés, le dispositif devra donc permettre une certaine souplesse pour pouvoir être étalé dans le temps et ajusté si nécessaire à l’instar d’autres pays comme la Suède ou l’Italie.

Retraites régime unique quels sont les obstacles ?

Dans le secteur privé, les rapprochements de caisses et les harmonisations ont déjà commencé et devraient faciliter la mutation.On a cependant souvent vu que plusieurs idées ou projets phares d’un parti d’opposition disparaissaient quand ce dernier accédait au pouvoir.

François Hollande avait évoqué le sujet lors de sa campagne présidentielle, après la droite et le centre qui avaient déjà fait part de leur intérêt pour ce système.retraites régime unique actu

Il est vrai que les moyens mis à la disposition du législateur ne sont pas toujours compatibles avec certaines promesses électorales. L’un des obstacles les plus ardus est le manque de consensus en la matière.

En effet, l’attachement de plusieurs syndicats à certains droits et avantages conjugué à la difficulté de cogestion des caisses complémentaires ont jusqu’à présent fait avorter le projet.

Autre problème et pas des moindres, le passage à un régime unique nécessite des développements informatiques très coûteux, surtout pour la fonction publique. Or il est fréquent qu’un gouvernement en poste hésite à réaliser des investissements qui ne porteront leurs fruits qu’après son mandat.

Les rapports techniques, commandés dès 2010, sont restés en dehors du calendrier des priorités. Le dossier retraites régime unique reste bien sagement à sa place sur un bureau en attendant la prochaine floraison.